Avec l’élimination d’Al-Baghdadi, une bataille a été gagnée, pas la guerre



Après l’annonce de la mort du chef de l’État islamique, tué en Syrie par les forces spéciales américaines selon Donald Trump, la presse israélienne se montre circonspecte sur la tournure des événements à venir.

Tous les commentateurs israéliens se réjouissent de l’élimination d’Abou Bakr Al-Baghdadi, chef d’une des organisations les plus dangereuses pour le Moyen-Orient en général et Israël en particulier. De même, ils estiment à l’unisson que l’opération menée par les forces spéciales américaines survient à un moment particulièrement opportun pour le président américain Donald Trump.

Pour Amos Harel (Ha’Aretz), “quelques semaines après avoir abandonné les Kurdes, permis l’invasion turque du nord de la Syrie et déclenché une réaction en chaîne risquant de déboucher sur l’évasion de milliers de prisonniers de l’État islamique, cette victoire est symboliquement importante pour Trump face au torrent de critiques”.

Pied de nez aux Russes

Son confrère de Yediot Aharonot, Ron Ben-Yishaï, va plus loin :

La liquidation d’Al-Baghdadi est un franc succès pour les Américains. D’une part, l’opération de commando a été instruite et menée au cœur d’une région tenue par des djihadistes salafistes

[…]

Pascal Fenaux





A lire aussi

Laisser un commentaire