hindous ou musulmans, à qui doit revenir le site contesté ?



La ville d’Ayodhya est au cœur d’un conflit qui dure depuis des décennies. Il est d’une complexité juridique telle que beaucoup de confusion entoure les points de vue de l’une et l’autre partie, à savoir les hindous d’un côté, les musulmans de l’autre.

La Cour Suprême indienne a annoncé vendredi 8 novembre qu’elle rendra le lendemain sa décision sur le site d’Ayodhya. L’épilogue d’un feuilleton long de plusieurs décennies. Découvrez ci-dessous les arguments des deux parties. 

Les hindous estiment être arrivés les premiers sur le site

Très largement majoritaires en Inde (ils représentent 80 % de la population), les hindous revendiquent le droit de propriété sur le site sacré d’Ayodhya.

Représentés devant la justice par sept organisations distinctes, ils ont pour argument essentiel l’antériorité : selon eux, le site de la cité antique de l’Uttar Pradesh, à 500 kilomètres à l’est de Delhi, est le lieu de naissance de l’empereur divin Rama et un temple y avait été dressé “avant que la mosquée Babri Masjid [démolie par des fanatiques hindous en décembre 1992] ne soit érigée, à l’époque médiévale”. Connu sous le nom de Janmasthan, le site, disent-ils, n’a été disputé par les musulmans “que sous l’empire moghol (1526-1857) et non depuis les temps les plus anciens”, comme l’affirment les musulmans, observe 

[…]

Source

Fondé en 1975, le magazine est aujourd’hui l’hebdomadaire de langue anglaise le plus lu en Inde avec un lectorat qui dépasse les 3,5 millions de personnes. India Today, qui se caractérise par une position plutôt conservatrice,

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire