Le président turc Erdogan porte plainte contre une couverture du “Point”



Recep Tayyip Erdogan a saisi la justice turque pour porter plainte contre deux membres de la rédaction de journal Le Point pour la une de l’hebdomadaire le qualifiant d’“éradicateur”. La presse pro-Erdogan est indignée.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a porté plainte ce vendredi 25 octobre contre le magazine Le Point pour “insulte au président de la République”. Déposée devant le procureur général d’Ankara par l’avocat de M. Erdogan, la plainte fait référence à la une de l’édition du 24 octobre de l’hebdomadaire, où le président turc est qualifié d’“éradicateur” et accusé de pratiquer une politique de “nettoyage ethnique”, rapporte le quotidien progouvernemental Sabah, qui qualifie la couverture de “scandaleuse”.

La plainte vise le directeur de la publication du magazine, Étienne Gernelle, ainsi que le rédacteur en chef de la rubrique “International”, Romain Gubert. La une de l’hebdomadaire a suscité une tempête d’indignations dans la presse progouvernementale. Ainsi du quotidien islamiste Yeni Akit : “La victoire de la Turquie les rend fous”, titre un article qui estime qu’“un des magazines les plus connus de la France, pays qui soutient les terroristes, a eu des mots inqualifiables à l’égard du président Erdogan”.

Ibrahim Kalin, porte-parole et proche conseiller du président turc, a également réagi dès la parution de l’hebdomadaire par un tweet en français : “La France, qui a colonisé de nombreux pays africains, comme l’Algérie et le Maroc, qui a massacré des milliers de personnes, pratiqué le commerce des esclaves et qui a regardé le génocide au Rwanda. Et un magazine français qui a lancé une calomnie de nettoyage ethnique contre nous !”

En Turquie, plus d’une centaine d’arrestations ont eu lieu cette dernière semaine contre des personnes ayant critiqué l’intervention militaire en Syrie sur les réseaux sociaux. Ces dernières années, l’accusation d’“insulte au président de la République” a envoyé plusieurs milliers de Turcs derrière les barreaux.





A lire aussi

Laisser un commentaire