Les meilleurs logiciels indispensables pour faire de la musique sur Windows, Mac et Linux


Réputée réservée aux semi-professionnels et professionnels, la musique assistée par ordinateur peut rapidement décourager les compositeurs qui s’y frottent pour la première fois. Entre les termes techniques utilisés, la multitude de programmes aux fonctions similaires et les interfaces logicielles confuses, difficile pour les nouveaux passionnés de pénétrer sereinement les voies de la MAO. Pour déblayer le terrain et vous aider à vous orienter dans un univers aussi captivant que complexe, la rédaction de Telecharger.com a sélectionné les meilleurs logiciels indispensables pour faire de la musique sur Windows, Mac et Linux.

Les séquenceurs MIDI et audio

Qu’il soit audio, MIDI, ou les deux en même temps, le séquenceur s’inscrit au cœur du processus de création musicale. Equipement indispensable pour qui se lance dans la MAO, il est le premier logiciel à installer sur votre machine. Si les musiciens chevronnés savent pertinemment de quoi l’on parle ici, un rappel pour les néophytes ne peut pas faire de mal. Un séquenceur est un enregistreur multipiste qui permet de piloter des instruments électroniques en automatisant une séquence musicale. On considère aujourd’hui qu’il existe deux sortes de séquenceurs : audio et MIDI. Le séquenceur audio traite des pistes dont les sons ont déjà été enregistrés. Ils sont par conséquent figés, et donc impossibles à modifier en profondeur. A l’inverse, le séquenceur MIDI traite des pistes de données transmises via le langage MIDI. Il est alors toujours possible de modifier le corps du son, qu’il s’agisse des notes, du rythme ou de la sonorité. En résumé, une piste MIDI est entièrement modulable, contrairement à une piste audio.

Capable de gérer à la fois les pistes audio et MIDI, Cubase s’impose comme référence incontestable de la MAO. Développé par la société allemande Steinberg à qui l’on doit un grand nombre de normes comme l’ASIO et le VST, ce logiciel ultra-professionnel s’adresse aussi bien aux compositeurs qu’aux producteurs, chanteurs et musiciens.

Ses très nombreux éditeurs intégrés (clavier, notation, batterie, liste) vous offrent la possibilité de travailler sur la mélodie et le rythme de vos compositions, de transcrire vos projets sous forme de partitions ou de modifier rapidement des valeurs comprises dans des arrangements complexes. Reposant sur le moteur Audio-Engine réputé pour la qualité audio qu’il dispense, Cubase est aussi performant en matière d’enregistrement que de mixage et supporte parfaitement la collaboration en ligne.

Malgré toutes ses qualités, Cubase est très compliqué à prendre en main et pourrait bien décourager les musiciens moins expérimentés. Plus convivial, Ableton Live concilie parfaitement professionnalisme et accessibilité.

Le programme trouve son intérêt premier en concert. L’interface réduite au strict minimum se déploie sur un seul écran tout en demeurant fonctionnelle. La modification des patterns à la volée s’opère proprement, sans jamais créer de décalage entre les clips. Ableton Live et Cubase font régulièrement l’objet de comparaisons dans le monde de la MAO. Gardez à l’esprit que pour une utilisation très avancée, Cubase permet une gestion très précise et complète des projets, tandis qu’Ableton Live met l’accent sur l’improvisation.

Alternative de choix, FL Studio sait combiner qualité des enregistrements et manipulations intuitives, ce qui en fait naturellement une solution appréciée des utilisateurs en cours de professionnalisation. FL Studio repose sur un système de patterns, c’est-à-dire la mise bout-à-bout de séquences musicales qui, in fine, forment un morceau. Un concept très prisé des musiciens électroniques dont les plus connus répondent aux noms d’Avicii, Basshunter ou Polar Youth.

En marge de ces séquenceurs, il existe bien évidemment des solutions libres pleinement satisfaisantes. On ne le répètera jamais assez, le monde du logiciel libre sait se montrer surprenant, révélant parfois des outils aux fonctionnalités et compétences très proches de leurs homologues payants. Dans la catégorie des séquenceurs, on penche pour Linux MultiMedia Studio (LMMS), solution open source convaincante.

Soutenu par une communauté très impliquée, Linux MultiMedia Studio n’est visuellement pas sans rappeler FL Studio. Complet, le programme permet la création de mélodies et de rythmes, la synthèse et le mixage des sons, ou encore les arrangements de samples. La bibliothèque de sons intégrés ainsi la banque de VST intégrées achèvent d’ériger sans complexe LMMS au niveau de certaines licences propriétaires. Le logiciel gère évidemment les fichiers MIDI.

Les grands débutants en quête d’une solution de MAO qualitative mais facile à appréhender peuvent se tourner vers Jokosher. Ici, pas de MIDI ni de fonctionnalités trop compliquées. Séquenceur audio open source, Jokosher gère l’enregistrement de pistes audio multiples. Il est ensuite possible de les assembler et de les retravailler au sein d’une interface claire et dépouillée de toute option superflue.

Sur Mac, GarageBand remplit le contrat. La solution grand public d’Apple excelle davantage comme séquenceur audio que comme séquenceur MIDI. La gestion du multipiste autorise la création de compositions complexes agrémentées d’effets choisis.

GarageBand surprend autant qu’il rassure : malgré son apparente simplicité, l’outil anticipe le perfectionnement et dévoile quelques fonctionnalités séduisantes pour qui tâtonne encore mais peut déjà se vanter de progrès.

Si PreSonus propose une version payante de Studio One 4 réservée aux professionnels, les amateurs pourront se contenter de la version gratuite du logiciel, Studio One 4 Prime. Ce logiciel combine studio d’enregistrement et un système de création basé sur des boucles pour vous aider à coucher sur l’écran vos créations musicales les plus poussées.

Reposant sur une interface à écran unique, Studio One 4 Prime propose un nombre illimité de pistes et s’architecture autour de trois pages. La page d’accueil vous permet d’initier votre projet et d’en définir ses paramètres, la page Morceau se consacre à l’enregistrement, l’arrangement, l’édition et le mixage, tandis que la page Projet vous permet d’assembler et de masteriser vos créations.

Les outils de notation musicale

La fibre musicale vous habite mais loin de vous l’idée de jouer d’un instrument. Vous préférez composer et avez pour cela besoin d’un logiciel performant. S’il est encore possible de rédiger ses partitions au crayon noir sur des cahiers de portées, on ne saurait que trop vanter les mérites de solutions logicielles dédiées.

Sibelius domine le marché professionnel. Bien qu’intuitif, le programme s’adresse aux musiciens déjà familiarisés avec les éditeurs de partitions. Son interface surmontée d’un bandeau de menus et d’outils rappelle l’affichage bien connu de la suite Office, facilitant la navigation et la production.

Sibelius revendique un pragmatisme éloquent, offrant à ses utilisateurs trois modules de création à la volée. AudioScore transcrit les mélodies que vous chantez ou que vous jouez sur un instrument. Automatisée, la saisie des notes échappe au caractère fastidieux qui lui incombe d’ordinaire. PhotoScore et NotateMe se servent de la reconnaissance optique de caractères pour convertir une partition image ou manuscrite en partition numérique modifiable. Depuis peu, Sibelius intègre une option de partage dans le cloud, idéale pour stocker vos projets en ligne, les jouer sur un autre ordinateur que le vôtre ou les intégrer à une page web.

Edité par MakeMusic, Finale concurrence sérieusement Sibelius. Adapté aux projets d’exercices de solfège comme à la construction de pièces intégrant orchestre et chant, le logiciel se démarque par ses trois modes d’affichage : Page, Défilement et Studio. Les utilisateurs peuvent gérer leurs partitions depuis l’écriture jusqu’au mixage, et ainsi profiter d’une solution logicielle unique malgré les aspects multiples abordés par la composition musicale. Finale supporte la saisie des notes à partir d’un instrument MIDI et bénéficie d’un module OCR transformant les images de partitions en feuilles de notation dynamiques.

Davantage orienté cordes, Guitar Pro n’a plus à faire ses preuves sur le terrain. Avec près de 20 ans d’existence, le programme développé par Arobas Music facilite la saisie et la lecture de partitions dans la notation musicale de votre instrument. Comme son nom l’indique, Guitar Pro est spécialisé dans la guitare et les instruments de 4 à 6 cordes. Il est toutefois possible d’éditer et d’adapter vos partitions à d’autres instruments, qu’il s’agisse d’un piano, d’une batterie, ou encore d’une flûte. Autre point avantageux pour Guitar Pro : son lecteur de partitions et tablatures intégré facilite la composition de vos morceaux.

Alternative open source à Guitar Pro, TuxGuitar se targue de fonctionnalités similaires. Supportant les tablatures multipiste, on retrouve également chez TuxGuitar un lecteur de partitions bienvenu pour l’écoute et l’évaluation en temps réel des compositions.

À l’instar de son concurrent, le logiciel permet de visualiser la position de vos doigts sur le manche de la guitare, d’ajouter des effets sonores à vos compositions et d’en gérer le rythme. Les adeptes de Guitar Pro souhaitant se reconvertir bénéficient d’une aide précieuse intégrée à TuxGuitar puisque le programme sait importer, gérer et exporter les fichiers GP. Et si vous aimez travailler avec les fichiers MIDI, la solution open source dispose d’une fonction capable de les lire et de les retranscrire en tablatures.

Dans la catégorie du logiciel libre, citons également MuseScore dont les très nombreuses options et fonctionnalités facilitent le travail de composition musicale. En plus de supporter un nombre illimité de portées, le programme intègre tous les outils d’édition nécessaires à la création d’une partition : barres de mesure, chiffrage des accords, armature, tempo, taille des notes, nuances, etc. Tout comme TuxGuitar, MuseScore gère les fichiers MIDI et sait même reconnaître les périphériques MIDI, ce qui vous permet d’enregistrer facilement vos pistes depuis vos instruments MIDI.

Les solutions d’édition et de montage audio

Après la composition musicale vient le temps de l’édition de vos projets. D’aucun ne saurait contredire la suprématie d’Audacity dont la réputation n’est plus à faire. Permettant à la fois d’enregistrer des données audio numériques, de couper, copier, coller des sons sur plusieurs pistes, d’appliquer des filtres et effets variés, le logiciel open source apporte une plus-value incontestable au mastering de vos morceaux musicaux.

Audacity se targue d’une interface certes désuète mais hautement fonctionnelle, rendant son utilisation accessible aux utilisateurs les moins chevronnés. La gestion parfaite de formats populaires et plus confidentiels en fait un outil exhaustif qu’il est aujourd’hui difficile de négliger dans le paysage de l’édition musicale. Sans oublier d’évoquer la qualité sonore honorable (jusque 96 kHZ / 32 bits) aussi bien des enregistrements que des formats convertis.

Alternative propriétaire tout aussi performante, Sound Forge s’illustre aussi bien dans le mastering que dans le sampling et la restauration de vos compositions. Son interface parfaitement structurée rivalise d’efficacité, combinant intelligibilité d’utilisation, rapidité de réalisation, et qualité du résultat final. Cependant, alors qu’Audacity s’adresse à un public de passionnés débrouillards, Sound Forge revendique ouvertement une cible professionnelle et semi-professionnelle.

Pour les monteurs moins aguerris, Sony Creative Software a prévu une version édulcorée de sa suite logicielle avec Sound Forge Audio Studio. On y retrouve des fonctionnalités essentielles au montage audio, bien que limitées dans leur nombre pour répondre aux attentes et aux compétences restreintes du grand public.

Talonnant de près Sound Forge, WaveLab bénéficie de la primeur de l’ancienneté et du renom de son éditeur. Dévoilé en 1995 par Steinberg et fruit du travail d’un seul homme, Philippe Goutier, ce logiciel de montage s’adresse en principe à un public très averti. Ses fonctionnalités multiples en font un outil incontournable pour les professionnels qui peuvent notamment travailler jusqu’en 384 kHz / 32 bits en virgule flottante. WaveLab peut également se vanter de ses multiples compétences comme la gestion multicanal, l’édition spectrale, le morphing et l’intégration complète des normes EBU.

À la manière de Sound Forge, WaveLab propose une version plus accessible et moins complète de son logiciel avec Elements.

Editeur audio multiplateforme gratuit, Ocenaudio repose sur une interface simple à appréhender et propose le minimum nécessaire pour travailler sur vos fichiers audio. Grâce à lui, vous pouvez analyser vos fichiers, les découper, appliquer des effets et bien plus encore. Le programme offre un aperçu en temps réel des modifications apportées ce qui vous permet d’écouter en direct les effets appliqués.

Ocenaudio supporte la sélection multiple pour vous permettre de travailler simultanément sur différents passages du fichier édité, et ainsi leur appliquer le même effet ou réglage. Bien que léger, le programme gère avec brio les fichiers les plus imposants. Aucune limite de durée, de taille ou de nombre de fichier n’est imposée dans le logiciel. Enfin, en plus d’afficher la forme d’onde du signal du fichier importé, Ocenaudio peut en afficher un spectre complet.

Les tables de mixage

S’il est aujourd’hui possible pour les auteurs de composer leur musique sur ordinateur, les DJ bénéficient eux aussi de solutions logicielles leur permettant de travailler correctement tout en voyageant léger. Parmi les outils les plus plébiscités, on retrouve Virtual DJ publié par la société américaine Atomix Productions. Conçu pour remplacer le matériel du disc-jockey en proposant une table de mixage virtuelle et le support des sons numériques, Virtual DJ répond également aux exigences des puristes qui peuvent profiter du logiciel à l’aide d’un contrôleur MIDI ou d’une table de mixage traditionnelle.

Comme la plupart des logiciels de mixage aboutis, Virtual DJ requiert une connaissance approfondie du mix et s’adresse naturellement à des spécialistes plutôt qu’au grand public. Malgré son aspect professionnalisant, le programme jouit d’un très fort soutien de la communauté. Une donne à ne surtout pas négliger puisque Virtual DJ doit la plupart de ses améliorations et corrections de bugs à des utilisateurs investis, adaptant constamment le programme à leurs pratiques. En conséquence de quoi la plupart des skins et des effects sont open source. Bien que licence propriétaire, Virtual DJ est gratuit pour une utilisation personnelle.

Solution alternative et gratuite, Mixxx s’adresse de même à un public semi-professionnel et professionnel. Considéré comme l’homologue open source de Virtual DJ, le programme supporte l’intégration de votre bibliothèque iTunes, répond à plus de 80 contrôleurs MIDI et est compatible avec les périphériques HID.

Les contrôleurs externes ne sont pas obligatoires pour profiter des fonctionnalités offertes par Mixxx. Sans surprise, les formats pris en charge vont du MP3 à l’AIFF en passant par l’Ogg Vorbis, le WAV et le FLAC. Afin de diversifier et peaufiner votre travail, Mixxx inclut tout un tas d’effets conçus pour embraser vos soirées.

Serato DJ rencontre un franc succès auprès de l’école du vinyle. Son interface simplifiée sert une console fiable et agréable à manipuler. Un pack additionnel ajoute le support DVS grâce auquel vous contrôlez le logiciel à l’aide d’un vinyle ou d’un CD de contrôle.

On peut lui opposer Traktor qui, avec ses quatre decks synchronisés, sa banque d’effets et son interface modulable, offre aux utilisateurs une puissante solution de mixage. On salue la qualité du son émis et l’intégration des Stems qui permettent de découper un fichier audio multicanal ouvert en quatre éléments manipulables indépendamment les uns des autres.

Enfin, vous pourrez faire vos premiers pas dans le mixage en prenant en main DEX 3 Limited Edition de PCDJ. Reposant sur une interface proche de ce qui existe chez Virtual DJ, DEX 3 Limited Edition propose un puissant navigateur de fichier pour vous permettre d’importer facilement les morceaux stockés sur le disque dur de votre PC, le programme reconnaissant même les titres de votre bibliothèque iTunes.

L’importation des morceaux sur les platines s’effectue à l’aide d’un simple glisser-déposer et un clic suffit à synchroniser les morceaux entre eux. Plusieurs effets peuvent être appliqués à votre mix tandis que le programme est capable de détecter automatiquement le BPM des morceaux de votre bibliothèque pour vous aider dans le choix des titres à mixer.





A lire aussi

Laisser un commentaire