Lula pourrait sortir de prison mais n’en a pas fini avec la justice



La Cour suprême a rendu un arrêt qui pourrait permettre à l’ancien président brésilien Lula da Silva d’être libéré. Alors que ses partisans exultent, le gouvernement est évidemment critique, mais l’icône de la gauche n’est pas encore tirée d’affaire, loin de là.

La Cour suprême brésilienne (STF) a voté jeudi 7 novembre par six voix contre cinq un arrêt qui permettrait de libérer dès le 8 novembre l’ancien président Lula, condamné à près de neuf ans de prison pour corruption et qui purge sa peine depuis avril 2018.

Par ce vote, la Cour suprême affirme qu’“un accusé ne peut être emprisonné qu’après avoir épuisé tous ses recours devant la justice”, explique la Folha de São Paulo. La décision de la Cour suprême concerne quelque 5 000 prisonniers, dont Inácio Lula da Silva, dont les avocats ont annoncé demander la libération de leur client ce 8 novembre.

Les rues de plusieurs villes du Brésil se sont remplies de partisans de Lula heureux d’entendre cette nouvelle. Certains ont rejoint pour la nuit un campement dressé par les fidèles de l’icône de la gauche depuis le début de l’emprisonnement de Lula devant les locaux de la police à Curitiba, dans le sud du pays, rapporte BBC Brasil. L’un d’eux explique, les larmes aux yeux :

Je suis ici depuis le troisième jour de ses 579 jours d’emprisonnement, et ce n’est pas maintenant que je vais lâcher. Je ressens une grande joie et la satisfaction de voir finalement corrigée une grave erreur.

Les conjectures les plus débridées voient déjà le jour sur ce que fera l’ancien président après sa libération. “Il envisage de parcourir le Brésil pour reconstruire l’opposition au gouvernement”

[…]

Sabine Grandadam





A lire aussi

Laisser un commentaire