Ministère du Développement de l’économie numérique : Les Services informatiques de l’administration publique en conclave


La deuxième édition de la rencontre des Directions des services informatiques (DSI) de l’administration publique a ouvert ses portes le jeudi 7 novembre 2019, à Ouagadougou. Le thème de cette édition, qui se tient pendant 48 heures, est « Services électroniques de l’administration : quelles approches pour une exploitation optimale ? ». Convoquée par l’Agence nationale de la promotion des TIC, cette édition se tient sous la présidence de la ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes, Hadja Ouattara.

L’Agence nationale de la promotion des technologies de l’information et de la communication (ANPTIC) et les Directions des services informatiques (DSI) de l’administration publique réfléchissent, les 7 et 8 novembre 2019 à Ouagadougou, autour de la stratégie d’approche pour un usage optimal des services électroniques par l’administration publique burkinabè. Initiée l’ANPTIC, cette rencontre est à sa deuxième édition, et permettra, selon le secrétaire général du Ministère du Développement de l’économie numérique et des Postes (MDENP), Kisito Traoré, de mobiliser le potentiel des TIC en faveur de la modernisation des administrations publiques.


Selon lui, les DSI ne sont pas seules sur le terrain, il y a le MDENP et son bras technique qui est l’ANPTIC. Il est alors bon que périodiquement, tous ces acteurs puissent s’asseoir pour s’informer sur les projets en cours de réalisation de part et d’autre, partager leurs expériences et les bonnes pratiques et surtout se mobiliser davantage pour une modernisation plus poussée de l’administration publique. La présente rencontre sera l’occasion également pour les acteurs de passer en revue un certain nombre de points qui constituent des préoccupations de l’administration publique en matière électronique, et qui avaient fait l’objet de recommandations à la première session tenue en 2018 à Bobo-Dioulasso.


Trois panels sont prévus à cet effet. Le premier abordera la question du partenariat entre le gouvernement et les éditeurs de logiciels ; le deuxième, la question du cloud, qui une technique qui utilise des serveurs informatiques distants par l’intermédiaire d’un réseau, généralement Internet, pour stocker des données ou les exploiter.

Enfin, le dernier panel va concerner les services offerts par le réseau informatique de l’administration aux résidents et qui sont censés être à la portée de tout agent public. Il est alors attendu des échanges, l’approche qui permettra de tirer un meilleur profit du cloud, particulièrement le G-Cloud (le cloud du gouvernement) et l’approche pour mieux exploiter les services du résident, les renforcer et les sécuriser dans un environnement sain, a expliqué le secrétaire général Kisito Traoré.

Kisito Traoré, SG du Ministère de l’économie numérique

Le directeur général de l’ANPTIC, Dié Sanou, précise que l’une des missions de l’ANPTIC est de rendre opérationnelle l’administration électronique. C’est-à-dire, tout ce qui peut être fait grâce aux TIC pour rendre l’administration publique plus productive, plus efficiente et plus transparente. L’un de ces rôles dans ce cadre est d’appuyer les DSI de l’administration publique, qui sont les acteurs de de la transformation numérique au niveau de l’Etat. « Comment accompagner ces acteurs en dehors de l’écoute et des concertations ? », s’interroge-t-il.

DG de l’ANPTIC, Dié Sanou

L’idée de cette écoute à travers des sessions a germé depuis l’année dernière avec la première édition tenue à Bobo-Dioulasso. Il sera mis sur la table, à l’édition présente, tout ce qui est services électroniques au profit de l’administration afin de voir comment les exploiter au mieux pour le bien final du citoyen.

Etienne Lankoandé

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire