Trump confirme la mort d’Al-Baghdadi, le chef de l’État islamique



L’intervention télévisée du président américain, ce dimanche 27 octobre, était très attendue. Il a confirmé, l’information qui circulait depuis la veille au soir, de la mort du numéro un de Daech dans un raid des forces spéciales américaines.
 
 
   

“La nuit dernière les États-Unis ont livré le plus grand terroriste du monde à la justice. Abou Bakr Al-Baghdadi est mort.” C’est par cette simple phrase que le président américaine Donald Trump a confirmé ce dimanche 27 octobre la mort d’Abou Bakr Al-Baghdadi, révélée la veille par l’hebdomadaire Newsweek.

Le président américain a affirmé que le terroriste était mort “comme un chien, comme un lâche”. Selon lui, Abou Bakr Al-Baghdadi a fui l’assaut des forces spéciales dans un tunnel, “pleurnichant, pleurant et criant”, selon The Guardian. Si onze enfants auraient été recueillis, al-Baghdadi aurait emmené trois autres enfants avec lui avant de déclencher une ceinture d’explosifs. Des tests ont conclu à “une identification immédiate et certaine”, a souligné Donald Trump.

Opération héliportée

L’opération commando a été lancée dans la soirée du samedi 26 octobre sur la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, le dernier bastion de l’opposition islamiste au régime de Damas. Là, les derniers refuges de l’État islamique ont été pris pour cible. Sur son site internet, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui dispose d’un vaste réseau de sources sur le terrain, avait rapidement fait état “de huit hélicoptères escortés par un avion de chasse de la coalition internationale”. “Juste après minuit, les hélicoptères ont pilonné les positions de l’organisation [État islamique au nord d’Idlib] avec des tirs nourris et violents pendant deux heures environ tandis que les djihadistes visaient en retour les hélicoptères à l’arme lourde.”

Collaboration

[…]

François Gerles





A lire aussi

Laisser un commentaire