Cameroun: Entrepreneuriat – L’autonomisation des réfugiés au programme


Le Haut-commissariat des réfugiés et ses partenaires envisagent d’autonomiser plus de 2 500 personnes par la création d’activités génératrices de revenus.

La visite effectuée jeudi dernier dans les quartiers Elig-Edzoa et Rue Manguiers à Yaoundé par le Comité du Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) au Cameroun portait sur l’accompagnement économique de ces derniers.

Avec le soutien de la banque Crédit du Sahel, cette initiative vise à soutenir cette catégorie de personnes dans leurs activités.

Comme l’a souligné Solange Bindang, administratrice nationale chargée de l’autonomisation au HCR, cette activité entre dans la stratégie d’autonomisation que le HCR a lancée depuis plusieurs années.

«Il est question d’accompagner les refugiés dans leurs diverses activités. Nous avons fait un plaidoyer auprès des établissements de microfinance. Plusieurs refugiés se sont véritablement installés et sont en train de mener des activités leur permettant de se prendre en charge et prendre en charge leurs familles.

À ce jour, nous avons déjà 15 Gic qui ont été financés à Yaoundé et à Douala», a-t-elle indiqué. « Je suis arrivé au Cameroun et j’ai été financé par le HCR. Au départ, nous étions cinq dans notre Gic, mais les autres ont démissionné.

Cela fait deux mois que je suis dehors. J’ai demandé un prêt de 5 millions, mais il m’a été accordé 1,8 million de F.

Ils m’ont dit que lorsque je vais rembourser, un autre prêt me sera accordé. Tous mes clients sont satisfaits de mon travail», se réjouit Simon-Pierre Ndeumbayang, refugié centrafricain et propriétaire d’un pressing au quartier Manguiers.

Selon les statistiques, le Cameroun abrite plus de 340 000 refugiés centrafricains, nigérians et d’autres nationalités.

L’accès à l’emploi pour ces derniers est devenu un enjeu majeur pour le HCR, en particulier dans les zones urbaines où leur niveau de vulnérabilité est assez préoccupant et les expose aux risques de délinquance, de prostitution, de criminalité et d’exploitation entre autres. À terme, le HCR et ses partenaires ambitionnent de toucher plus de 2500 refugiés.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire