Attaque du convoi minier de Boungou : Le PDG de SEMAFO présente ses condoléances au peuple burkinabè


Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu ce lundi 11 novembre 2019 en fin de matinée, le Président Directeur général (PDG) de la Société d’exploration minière en Afrique de l’Ouest (SEMAFO INC), Benoît Desormeaux. Accompagné du président du Conseil d’administration (PCA) de SEMAFO/Burkina, Elie Justin Ouédraogo et de l’ambassadrice du Canada dans notre pays Carol McQueen, il a dit être venu apporter le soutien de sa société aux familles des victimes et au peuple burkinabè, après l’attaque d’un convoi de cars de la mine d’or de Boungou, qui a fait 39 morts et une soixantaine de blessés.

Après le drame qui a frappé la mine d’or de Boungou, située dans la région de l’Est et qui a endeuillé de nombreuses familles dans notre pays, le PDG de SEMAFO INC, Benoît Desormeaux, est venu du Canada, pour présenter ses condoléances aux familles des victimes de cette attaque terroriste, ainsi qu’à l’ensemble du peuple burkinabè. Reçu ce lundi 11 novembre 2019, il a indiqué qu’il est venu s’assurer que les familles des victimes sont bien accompagnées et que les blessés sont également bien pris en charge. « Les opérations de la mine en ce moment-ci sont secondaires. Nous voulons nous assurer que l’ensemble de notre personnel est en sécurité », a-t-il déclaré à la fin de l’audience.

Benoît Desormeaux a rappelé qu’il fréquente notre pays depuis plus de 22 ans et que c’est également un grand deuil pour la grande famille de SEMAFO. « La rencontre avec le Chef du Gouvernement visait dans un premier temps, à témoigner la sympathie des responsables de la mine, aux familles des victimes et au peuple du Burkina Faso. On veut aussi voir avec l’Etat, comment nous pouvons reprendre la production à Boungou, tout en nous assurant qu’on peut le faire de façon sécuritaire. Nous avons encore un engagement avec le Burkina Faso, mais la priorité aujourd’hui, ce sont nos employés qui travaillent avec nous », a-t-il détaillé.


Le PDG de SEMAFO INC a par ailleurs confié que les employés restés à la mine d’or de Boungou sont en train d’être évacués, et que les opérations sont actuellement à l’arrêt sur ce site. En effet, a-t-il souligné, le drame qui est survenu le mercredi 6 novembre dernier, a eu des répercussions très importantes sur la vie de l’entreprise. Selon lui, sur les 240 personnes (employés, fournisseurs) transportées par le convoi des cinq cars, 39 d’entre elles ont perdu la vie, une soixantaine sont blessées et une personne manque toujours à l’appel. Avant donc de reprendre la production, les responsables de SEMAFO souhaitent s’assurer que toutes les mesures sécuritaires sont réunies. « Nous ne pouvons parler de partir du Burkina Faso. Nous sommes avec votre pays depuis de longues années. SEMAFO est en production ici depuis 2008 avec sa mine de Mana. Aujourd’hui, notre désir et notre objectif, c’est de reprendre les opérations, mais nous ne pouvons le faire, si ce n’est dans la sécurité », a insisté le patron de SEMAFO INC.

SEMAFO est une société minière canadienne. Son siège social est basé à Montréal, au Canada. Elle exploite la mine d’or Mana, laquelle est la troisième plus grande mine d’or de notre pays. Depuis 2018, la mine de Boungou est entrée en exploitation et une troisième est en chantier.

DCI/PM





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire