Colère et désarroi face à une réforme de l’immigration



Le gouvernement québécois dirigé depuis 2018 par Coalition avenir Québec passe un mauvais quart d’heure, essuyant les critiques de toutes parts pour ses nouvelles politiques d’immigration.
 

Le moindre que l’on puisse dire c’est que le gouvernement québécois issu des élections d’octobre 2018 accumule les erreurs de parcours en matière d’immigration cette année. 

Trois erreurs, en fait. 

En février, le ministre québécois de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, annonçait l’annulation de 18 000 dossiers d’immigrants en attente d’un Certificat de sélection du Québec, étape obligée avant l’obtention d’une résidence permanente par le gouvernement fédéral canadien.

Le gouvernement québécois, explique Le Journal de Québec, voulait “que les candidats à l’immigration déposent une nouvelle demande via [un nouveau système] qui permettra à Québec de mieux arrimer les demandeurs aux besoins des entreprises”. La décision, note le quotidien, “a causé un tollé, tant au Québec qu’à l’étranger”. Quelques semaines plus tard, un haut tribunal forçait le gouvernement à poursuivre le traitement des demandes. 

Le 30 octobre, le ministre annonçait l’imposition dès le début 2020 d’un test des valeurs aux travailleurs qualifiés souhaitant immigrer au Québec. Le test de 20 questions, indique le gouvernement, fait office “d’attestation d’apprentissage des valeurs démocratiques et des valeurs québécoises exprimées par la Charte des droits et libertés de la personne”

Une décision qualifiée de “

[…]

Martin Gauthier





A lire aussi

Laisser un commentaire