Les six commandements de Georges Mpaga au nouveau Directeur de cabinet d’Ali Bongo


L’activiste Georges Mpaga, a dans un post sur son compte Facebook, dressé une liste de six commandements, gage de succès selon lui, à l’attention de Théophile Ogandaga, nouveau Directeur de cabinet du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba.

Premier commandement : Théophile Ogandaga est appelé à faire preuve de sobriété compte tenu de son passé d’ancien syndicaliste. Cette vertu permettra de le différencier de ses prédécesseurs dont les comportements ont été décriés par la population.

2- Il doit convaincre Ali Bongo à renoncer à toute culture du mal en se transformant comme promoteur d’amour fraternel, de réconciliation et de pardon. Cela suppose une conversion de ce dernier aux valeurs de l’humanité, le renoncement à toute politique répressive de violations des droits de l’Homme, d’entrave à l’espace civique et la libération immédiate de tous les détenus politiques.

Cela suppose également une ouverture sur les questions fondamentales d’intérêt national et les attentes légitimes du peuple (Dialogue politique ouvert et intensifié avec les différentes forces sociales, politiques et économiques, commission vérité et réconciliation, feuille de route pour des réformes profondes et des élections apaisées, justice pour les victimes de la crise post-électorale de 2016).

3- Il doit engager son patron à adopter une politique de tolérance zéro face à la corruption dans les secteurs publics et privés.

4- Il doit favoriser et faciliter le déploiement des efforts de la Société civile pour la mise en place d’un plan d’urgence contre la corruption, la criminalité financière et l’enrichissement illicite ainsi que la transparence dans le secteur extractif tout en facilitant le retour rapide du Gabon à l’ITIE.

5- Il doit convaincre Ali Bongo à faire adopter un plan d’action en vue de la mise en place d’un système national d’intégrité dans la gestion des affaires publiques.

6- Il doit convaincre Ali Bongo à favoriser le retour au Gabon de plus de 5000 exilés qui ont fui au lendemain de la crise post-électorale 2016.

« Théophile Ogangaga sera jugé sur sa capacité à influencer le changement, et donc la liberté », martèle Georges Mpaga connu pour sa grosse gueule.

Gabonactu.com





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire