Accès à la commande publique : L’ARCOP prépare les chefs d’entreprise pour les marchés nationaux et régionaux


L’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) a lancé une série de sessions de formation sur la vulgarisation du Guide du soumissionnaire à la commande publique, ce mardi 12 novembre 2019 à Ouagadougou. Pendant trois jours, les représentants du secteur privé vont s’outiller pour mieux répondre aux appels à concurrence.

Ils sont 135 participants issus du secteur privé à prendre part à la série de sessions de formation sur la vulgarisation du Guide du soumissionnaire à la commande publique. Durant trois jours, l’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) va former les chefs d’entreprise sur les montages d’offres en matière de marché de travaux, de marché d’équipement et de fourniture, et de marché de prestation intellectuelle.


Il s’agit pour l’ARCOP de permettre aux représentants du secteur privé de mieux se structurer pour remporter des marchés au niveau national ou régional. « Le Guide du soumissionnaire est un document didactique que l’ARCOP a élaboré afin de faciliter l’accès des PME (Petites et moyennes entreprises) à la commande publique », a indiqué le secrétaire permanent de l’ARCOP, Tahirou Sanou. Ce guide a été adopté en décembre 2018 par le Conseil de régulation de l’ARCOP.

Tahirou Sanou, secrétaire permanent de l’ARCOP

Compte tenu des standards internationaux en matière de formation, l’ARCOP a limité le nombre de participants par formation. Le choix des participants est fait suite à un appel à concurrence. « Ce sont les 45 premiers inscrits par thématique qui sont retenus », a précisé le secrétaire permanent.

Cette formation est entièrement gratuite et financée sur fonds propres de l’ARCOP.

Des investissements privés faibles

Selon un rapport de la Société financière internationale (SFI), une institution du groupe de la Banque mondiale, publié en juillet 2019, le Burkina Faso doit créer environ 300 000 emplois par an pour répondre à sa croissance démographique, alors que 90% de ses travailleurs sont employés dans le secteur privé. A en croire l’ARCOP, malgré un taux de croissance annuel moyen de 6%, les investissements privés restent faibles et présentent que 13% du PIB (Produit intérieur brut).

Face à cette situation, les autorités ont entrepris des actions pour promouvoir davantage le secteur privé. Parmi les secteurs touchés par les mesures de soutien à accorder aux PME, les marchés publics figurent en bonne place.

Une vue des participants aux sessions de formation

Au cours de la cérémonie de lancement des sessions de formation, le secrétaire permanent de l’ARCOP, Tahirou Sanou, a lancé une fois de plus, un appel aux autorités sur « l’impérieuse nécessité de rendre opérationnelle la redevance de régulation recommandée par l’UEMOA pour le financement des activités de l’ARCOP ».

Cryspin Masneang Laoundiki

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire