Cameroun: Campagne cœur-santé de Meyomessala – Plus de 70 personnes opérées


Les populations de cette commune et des environs bénéficient depuis lundi dernier des opérations de chirurgie gratuites à l’Hôpital de district de santé de l’arrondissement.

Emilienne Abemeva, 17 ans, tient son nouveau-né dans ses bras. La joie est immense. Elle ne peut retenir ses larmes. Elle vient de subir une césarienne. Cette dernière était loin d’imaginer un tel résultat. C’est avec beaucoup d’émotion qu’elle accueille ce nouveau membre de la famille, mais aussi les équipes de chirurgiens de la campagne spéciale Cœur-santé de Meyomessala, dans le Sud du pays. A l’Hôpital de district, le nombre de patients a doublé. Devant la porte du bloc opératoire, un monde fou. Beaucoup souhaitent se faire opérer. Césarienne, kystes ovariens, fibromes, hernies, entre autres, sont opérés. Dans la salle d’opération, trois tables, trois malades et plusieurs médecins (anesthésistes, chirurgiens…).

La petite Abomo Vérane, 18 mois, est inconsciente sur la table d’opération. Celle-ci est atteinte d’une hernie ombilicale depuis sa naissance. Heureusement, son opération se déroule avec succès. « Nous allons procéder à la cure de la hernie, c’est-à-dire à la fermeture de l’orifice qui se retrouve au niveau de l’ombilic », explique l’un des chirurgiens. Quelques minutes après, l’intervention est terminée et Vérane peut rentrer dans sa chambre, sous le regard satisfait de sa mère qui ne tenait plus en place. Dans la même salle d’opération, Cédric Abate, 27 ans. Allongé avec une perfusion, il attend impatiemment de se faire opérer.

Le jeune homme souffre depuis trois ans d’une hernie. « J’ai été récemment opéré d’une appendicite. A ma sortie de l’hôpital, le médecin a détecté une hernie. Il m’a ensuite demandé d’apporter de l’argent pour me faire opérer. Je n’ai pas eu d’argent. C’est quand j’ai appris qu’il y avait des consultations et des opérations gratuites que j’ai sauté sur l’occasion. Je sais que je vais aller mieux pour pouvoir poursuivre avec mes activités agricoles », relate-t-il. La campagne qui s’achève ce jour a drainé beaucoup de monde.

Les patients sont pris en charge par une centaine de médecins de la Faculté de médecine et des sciences biomédicales de Yaoundé, de l’Association humanitaire Ascovime, de la Fondation camerounaise du cœur, des équipes locales de l’Hôpital de district de Meyomessala, de la Fondation Chantal Biya, et autres spécialistes venus d’Europe. Ces derniers entendent satisfaire le maximum de malades. « En principe on s’est promis d’opérer au-dessus de 80 malades. On commence par les enfants, vers midi, on va prendre les adultes. Je suis sûr qu’on sera au-delà de 80 patients demain (aujourd’hui, ndlr) », a confié le Dr Georges Bwele, chirurgien viscéral et proctologue.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire