Boukar Michel désigné ambassadeur de la Convention des droits de l’humanité au Tchad



14 novembre 2019 21:34

L’ancien ministre du Pétrole et de l’Energie, Boukar Michel a participé à une rencontre organisée par l’Initiative de l’Afrique sur les énergies renouvelables (AREI) du 28 au 29 octobre à Paris, France. La thématique était axée sur le rôle des organisations de la société civile, des ONG et autres associations dans le développement des énergies renouvelables.

Invité par l’Initiative de l’Afrique sur les énergies renouvelables (AREI) et l’Union européenne en sa qualité de coordonnateur de l’Association pour la coopération internationale au développement (ACID), l’ancien ministre Boukar Michel a été reçu par Corrine Lepage, avocate et spécialiste des droits de l’environnement, présidente de la Déclaration des droits de l’humanité.  A l’issue de cette rencontre, Boukar Michel a été donc désigné ambassadeur de la Déclaration des droits de l’humanité au Tchad.

Il faut le savoir, la Déclaration universelle des droits de l’humanité est le premier texte à reconnaitre des droits et des devoirs pour l’humanité, vis-à-vis d’elle-même, des générations futures, des autres espèces et de la nature. Elle indique dans son article 13 par exemple que : « Afin d’assurer la pérennité de la vie sur terre, les générations présentes ont le devoir de tout mettre en œuvre pour préserver l’atmosphère et les équilibres climatiques et de faire en sorte de prévenir autant que possible les déplacements des personnes liés à des facteurs environnementaux et, à défaut, de secourir les personnes concernées et de les protéger ».

Organisée en partenariat avec l’Union européenne(UE), la rencontre de Paris était l’occasion de présenter les résultats de la phase I de l’Initiative de l’Afrique sur les énergies renouvelables (AREI) et de faire le lancement de sa phase II avec l’OCDE et l’UE. Ces deux institutions ont un rôle important à jouer dans la réussite du nouveau défi de la transition énergétique. C’est le cas notamment dans un contexte où le secteur privé devra être un acteur essentiel, tout en créant une dynamique inclusive avec le secteur public, les partenaires financiers, les partenaires au développement etc.





tchadinfos

A lire aussi

Laisser un commentaire