Cameroun: Ebolowa – Compassion dans la dignité


La journée de deuil national a été vécue dans le calme à Ebolowa comme dans les autres principales villes de la région du Sud.

Il n’y a pas eu une manifestation particulière dans la ville d’Ebolowa, pour marquer la journée de deuil national, décrétée par le président de la République. Mais, il y a eu une observation stricte de tout ce qui est été prescrit en cette circonstance où la nation toute entière avait des pensées émues et pieuses pour toutes les victimes de l’éboulement de terrain à Bafoussam, département de la Mifi, région de l’Ouest. Et comme pour s’assurer de l’application du décret présidentiel, le préfet de la Mvila, Syliac Marie Mvogo, et ses principaux collaborateurs, responsables des forces de maintien de l’ordre, ont fait une descente sur le terrain.

Objectif : s’assurer de l’effectivité du décret du chef de l’Etat. Une action similaire, selon les nouvelles qui nous parviennent des autres départements de la région du Sud, a été menée par les préfets des départements de la Vallée-du-Ntem et du Dja-et-Lobo, principalement. Ainsi, l’on a observé que les drapeaux ont effectivement été mis en berne devant tout édifice public. De l’avis des responsables départements et régionaux des services déconcentrés de l’Etat, dont certains ont été joints au téléphone hier dimanche, la décision présidentielle de faire du samedi, 9 novembre une journée de deuil national avait été appliquée dès vendredi soir, à la fermeture des bureaux, à 15h30.

La raison en est que le samedi en question était un jour non ouvrable. Voilà pourquoi, a soutenu le préfet de la Mvila, il était nécessaire que l’autorité administrative aille sur le terrain s’assurer que le décret du président de la République était appliqué. Hier dimanche, dans les lieux de culte et célébrations eucharistiques, des prières ont été dites pour soulager les âmes de ceux qui ont ainsi péri et implorer la grâce divine pour les familles et la paix au Cameroun.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire