Congo-Brazzaville: Journée du manuscrit francophone – La littérature congolaise honorée à Paris


L’événement, le septième du genre, a été célébré le 13 novembre à Apollo Théâtre, dans la capitale française, avec un accent mis sur la jeunesse. Parmi les jeunes dont les ouvrages ont été sélectionnés et publiés, figure le Congolais Philippe Junior Défi Moranga.

La cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs auteurs de vingt-cinq nationalités environ. Selon une source proche des organisateurs, près de trois cents livres venus de toute la francophonie et au-delà ont concouru cette année.

Du côté de Brazzaville, un seul auteur a répondu présent, notamment Philippe Moranga. Il n’a pas obtenu de prix mais son roman, le troisième du genre retenu par le jury et intitulé « La chute de l’ange », a été publié aux Editions du net. Selon Henri Mojon, président des Editions précitées et organisateur de l’événement, le jeune auteur congolais a manqué de prix à cause du retard avec lequel son roman est parvenu au jury.

D’après lui, en effet, les livres sont attendus dans l’intervalle de mai à octobre, période pendant laquelle ils sont inéluctablement soumis aux votes et aux partages sur les réseaux sociaux. Son roman est un récit qui met en exergue une quête policière s’articulant autour de la disparition d’une œuvre d’art, à savoir: la chute de l’ange.

La cérémonie a été marquée par plusieurs interventions dont le discours de la lauréate et grand prix de la Journée du manuscrit francophone, Jane Goyrand. Son ouvrage, « Une erreur d’écriture », sera édité avec le concours de Wilfried N’Sondé, directeur littéraire des Editions du net.

D’autres intervenants n’ont pas hésité à donner libre cours à leurs émotions, en dénonçant les abus sociaux et les difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes auteurs. Certains ont, avec humour, défendu la gastronomie, l’écologie et autres. Les humoristes de l’Apollon Théâtre ont également, à leur manière, rendu hommage à l’événement.

Philippe Junior Défi Moranga, étoile montante de la littérature congolaise, est étudiant en troisième année de droit à l’Université Marien-Ngouabi. Agé de 23 ans, il a déjà publié « Amour et trahison », 2016, chez Amazon et wattpad, et « J’aime autant te haïr », 2018, toujours chez Amazon et wattpad.

« Je retiens une leçon de la part de M. Henri Mojon. Il m’a conseillé de ne pas désespéré, surtout que je ne suis qu’à ma première participation », a-t-il dit.

En l’espace de six années, la Journée du manuscrit francophone a permis à plus de deux mille cinq cents auteurs de vingt-cinq nationalités de publier leur livre, affirme-t-on du côté des organisateurs.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire