Congo-Brazzaville: Festival de films Emergence – « Une pour tous » de Michael Gandoh primé


Dans le cadre de la sixième édition de la manifestation organisée du 9 au 13 novembre à Lomé, au Togo, le réalisateur congolais a remporté le prix de la meilleure création documentaire avec sa production qui est un appel à la tolérance, l’amour et l’entraide.

Court métrage de moins de trente minutes produit cette année, « Une pour tous » est l’adaptation cinématographique du projet de Mixiana Laba. Jeune artiste comédienne et photographe congolaise, cette dernière milite pour la cause des malades mentaux car, d’après elle, « ce sont des êtres humains comme tout autre et plus que jamais dans leur état de maladie, ils ont besoin d’affection, de douceur, de sourire, de protection et de soins ».

« Une pour tous » met en lumière le combat exceptionnel de sensibilisation à la prise en charge des malades mentaux au Congo-Brazzaville. Dans ce sens, Mixiana Laba a déjà réalisé plusieurs performances de rue intitulées « Réalités aveuglées » à Pointe-Noire, où elle est basée, et à Brazzaville.

Pour ce faire, la jeune artiste se met elle-même dans la peau d’une « folle » pour montrer que ces personnes ont besoin d’aide. Elle avait réussi à toucher les cœurs de la population et espère trouver gain de cause dans cette grande bataille.

Pour le réalisateur de fiction et documentaire, Michael Gandoh, c’est un grand honneur de recevoir une fois de plus un prix du festival Emergence. « Les nouvelles sont très bonnes pour le cinéma congolais qui ne cesse de se battre avec les moyens du bord pour se découvrir et s’apprécier au-delà de son territoire. Gratitude et gloire soit rendues au Très Haut, source de toute lumière ! », s’est-il réjoui.

Palmarès des lauréats au festival Emergence 2019

Pour plus d’une trentaine de films en compétition, à peine quelques-uns ont été primés. Le prix de la marraine est revenu à Jeannine Bessoga pour son rôle dans « Rebelle » de Mos JC Ekoue, du Togo, et celui du meilleur scénario a été remporté par le film « Ma coépouse bien-aimée » d’Angèle Diabang, du Sénégal. S’agissant de la meilleure création documentaire, ce prix a été remporté par le Congolais Michael Gandoh pour son film « Une pour tous ». Abibata Maïga a reçu, quant à elle, le prix de la meilleure interprétation féminine pour son rôle dans « Kuma » d’Hawa Aliou N’Diaye, du Mali. Le prix de la meilleure interprétation masculine a été décerné à Ngalandou Faye pour sa prestation dans « Goom Bi » du Sénégalais Moly Kane. Les prix coups de cœur du jury et meilleur documentaire sont revenus respectivement à « Love maker » de Boris Kpadenou, du Togo, et « Up in alms » de Godstime Mensah-Nab, du Ghana. Enfin, le prix de la meilleure fiction a été remporté par le film « Mil de la mort » de Jaloud Zainou Tangui, du Niger.

Notons que la sixième édition du festival Emergence a vibré durant cinq jours d’affilé au rythme des conférences, master class, projections cinématographiques tout genre confondu, tables rondes, animations culturelles et la cérémonie de récompense des acteurs africains du septième art.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire