Amicale des femmes de la BOA : Un dîner-gala pour célébrer la solidarité entre les femmes de la banque


Après la visite à la Cour de solidarité de Colma et à la pouponnière Den-Kanu du secteur 25, dans la matinée du samedi 16 novembre 2019, à Bobo-Dioulasso, l’Amicale des femmes de la Bank of Africa a organisé, dans l’après-midi du même jour, une conférence sur le leadership féminin, et un dîner-gala dans la soirée. Placée sous le signe de la joie de vivre, de la fraternité, du partage et de la convivialité, ce dîner-gala a été l’occasion de renforcer la solidarité entre les femmes de ladite banque.

« Célébrer les vertus et les bienfaits de l’amitié, de la fraternité et de la solidarité entre les femmes de la BOA et, partant, avec les différentes entités de la banque et les autres composantes de la société en général », c’est l’une des missions que se donnent les femmes de cette institution financière, réunies au sein d’une amicale. Créée en avril 2014, l’Amicale des femmes de la BOA se veut un cadre de rencontre, d’échanges, de valorisation et d’épanouissement de la femme.

Elle ambitionne la réalisation de projets dans les domaines du social, du développement personnel et de l’autonomisation des femmes. Selon la présidente de l’amicale, Jeannine Bertille Zangreyanogho, « nous nous engageons et fertilisons quotidiennement les luttes et les réflexions pour l’amélioration de la condition féminine ». C’est sans doute l’une des raisons qui ont motivé l’organisation de cette conférence au profit des femmes de l’amicale, sous le thème « Briser le plafond de verre et réussir au féminin ».

« Nous avons choisi ce thème pour faire prendre conscience à la femme de la BOA, son importance afin qu’elle puisse impacter son environnement, tant familial, professionnel, qu’au niveau de la société. Parce que la femme, aujourd’hui, a une place prépondérante dans notre société et il faut qu’elle en ait conscience pour vraiment briller », a expliqué la présidente de l’amicale, Jeannine Zangreyanogho.


Par ailleurs, elle affirme qu’au sein de l’amicale, « les femmes ont la conviction que chaque amazone peut valablement apporter sa contribution afin de susciter et renforcer la solidarité entre les femmes de la BOA-Burkina Faso, d’aider les femmes de la BOA à prendre conscience de l’importance de leur rôle dans le processus de développement de la banque, de contribuer à l’instauration d’un climat de paix et d’harmonie au sein de la banque, de stimuler la confiance en soi de sorte qu’elles puissent être impliquées dans tous les secteurs d’activités de la banque, d’établir et de renforcer la coopération avec toutes les organisations nationales et internationales qui œuvrent pour l’émancipation de la femme et de l’enfant ».


« Etre une femme est un privilège »

Pour la coach Prisca Soré, « être femme est un privilège ». C’est pourquoi elle invite les femmes à oser briser le plafond de verre pour réussir au féminin. « Cette conférence était une occasion pour moi d’inviter ces femmes à s’affranchir des préjugés et à s’assumer. Nous leur avons montré comment elles doivent se prendre en charge en tant que femmes, en tant que mères et épouses, pour pouvoir être épanouies dans notre société africaine », a-t-elle laissé entendre.


Selon elle, la femme doit être heureuse d’abord pour elle-même et ensuite pour les autres. Car elle estime que lorsqu’elle n’est pas heureuse, elle ne pourra pas partager cette joie de vivre avec les autres. Elle a souhaité que les femmes puissent prendre conscience de leur plein potentiel et d’agir en fonction. « Si la femme n’est pas épanouie, elle ne pourra pas donner de l’épanouissement à l’extérieur. Donc la femme doit apprendre à se gérer, elle doit apprendre à connaître ce qu’elle aime et s’appuyer sur ses forces », a lancé la coach Prisca Soré.

Ainsi, cette conférence a été un cadre d’échanges fructueux, dans un environnement convivial et chaleureux. Evelyne Traoré/Hien, agent à la BOA et membre de l’amicale, confie avoir beaucoup appris au sortir de cette rencontre. « J’ai compris qu’il faut accepter affronter la vie et vouloir la réalisation de ses rêves, brimer les évènements et apporter plus de réponse à sa vie », s’est-elle réjouie. Même son de cloche chez madame Dangouri, qui avoue avoir beaucoup appris au cours de cette conférence. « La conférence a été une belle expérience. Elle nous permet de révéler nos potentialités et j’ai appris que la femme a une très grande valeur », dit-elle.


Au terme de cette rencontre, elles restent convaincues que « combattre les stéréotypes est essentiel pour permettre aux femmes d’accéder à plus d’opportunités et de contribuer à la croissance d’un pays ».

Un dîner-gala pour renforcer la solidarité entre les femmes de la BOA

Les femmes de l’amicale ont voulu terminer la journée du samedi 16 novembre par des notes récréatives, à travers un dîner-gala. « Cette soirée se voulait un cadre convivial pour souffler, partager le verre de l’amitié et consolider nos liens », selon la présidente de l’amicale. Elle était placée sous le signe de la joie de vivre, de la fraternité, du partage et de la convivialité. La cérémonie a connu plusieurs articulations avec à la clé des allocutions et des prestations artistiques. Une cérémonie riche en couleurs et en émotions, surtout avec la remise de chèques aux pensionnaires des centres visités dans la matinée, à savoir la Cour de solidarité de Colma et l’orphelinat « La pouponnière Den-Kanu ».


Romuald Dofini

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire