CENAREST : un machin devenu inutile selon son désormais ancien patron Franck Idiata


Le Pr. Daniel Franck Idiata échangeant avec son successeur le 14 novembre à Libreville © Facebook Franck Idiata

Franck Idiata « limogé » de ses fonctions de Commissaire Général du Centre national de recherches scientifiques (CENAREST) a, dans un discours d’au revoir, taillé un portrait macabre de cette institution devenue quasiment inutile tellement oubliée par l’Etat.

Manipulant habilement la langue de Molière, Franck Idiata qui a dirigé le CENAREST pendant 12 ans depuis septembre 2007 a comme transformé son discours de passation de charges à une oraison funèbre.

« Mon cher Alfred Ngomanda (nom du successeur, ndlr), très cher cadet. Je te laisse le CENAREST. Je te laisse une institution en très mauvais état et cela est indépendant de ma volonté, de mes forces et de ma conviction, comme tu le sais si bien », avoue M. Idiata.

« Tu verras très vite que le Commissaire Général ne sert plus à rien ici. Tu vas, très vite, t’apercevoir que l’ORDONNANCE n° 6/76 du 22 janvier 1976, créant le CENAREST, est aujourd’hui totalement obsolète », crache-t-il devant le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Jean de Dieu Moukagni Iwangou.

Franck Idiata révèle que durant son magistère s’est même posée la question de l’existence ou non du CENAREST. Il soutient être devenu « le seul avocat comme s’il s’agissait de mon patrimoine familial ».

« L’ancien Directeur d’institut que tu étais jusqu’à ta promotion, verra que les fonctions de Commissaire Général du CENAREST sont devenue encombrantes pour les instituts, qui rêvent de liberté et ils ont bien raison. Tu comprendras mieux le BURN OUT dans lequel j’ai été plongé ces dernières années », conseille-t-il à son successeur dont il apprécie les qualités.

« Etre ou ne pas être », telle est dorénavant la destinée du CENAREST », conclu-t-il.

Carl Nsitou





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire