Grande manifestation au Koweït contre la corruption du gouvernement



Des milliers de personnes ont manifesté devant le Parlement contre la corruption et pour réclamer la démission du gouvernement et la dissolution de l’Assemblée. Cette manifestation, à l’appel de forces libérales, est la plus importante dans le pays depuis la vague du “printemps arabe”.

“Ça suffit, par milliers”, titre le quotidien libéral koweïtien Al-Jarida après la manifestation, sans précédent depuis 2011, qui a eu lieu devant le Parlement koweïtien dans la soirée du 6 novembre.

C’est surtout le chef de file des forces progressistes koweïtiennes, Saleh Al-Mulla, qui a appelé à cette mobilisation. Un des sujets fédérateurs est le sort des dizaines de milliers de bidoun, ces habitants du pays qui n’ont pas accès à la nationalité.

Mais en plus de demander la démission du Premier ministre, un prince de la famille royale, et du président du Parlement, représentant de la riche bourgeoisie d’affaires, ils réclament une nouvelle loi électorale et l’annulation des peines infligées à des opposants pour des faits qui remontent à 2011.

Ancien député, Al-Mulla lui-même a été arrêté en 2015 pour des propos jugés “offensants pour l’émir”.





A lire aussi

Laisser un commentaire