À quand des toilettes publiques à Libreville?


Le manque des toilettes publiques engendre une insalubrité © Gabonactu.com

La célébration de la journée mondiale des toilettes, décrétée, le 19 novembre par les Nations unies est l’occasion de mettre l’accent sur cette question de santé publique. Au Gabon par exemple, l’accès à ces lieux d’aisance reste encore un luxe dans certains cas.

L’absence de toilettes publiques dans la capitale gabonaise, Libreville est un problème qui ne cesse de se poser avec acuité. Seuls les marchés et autres structures commerciales y ont pensé. Et si cela ne règle pas le problème, au fil du temps, les populations ont appris à s’y faire. En cas d’urgence ils disent faire recours au plan B.

« Il m’est arrivé d’être confronté à un besoin urgent, alors que j’étais au centre ville. J’ai dû marcher à la recherche d’un restaurant pour pouvoir me libérer. Je peux vous assurer que c’était pénible », à  relaté à Gabonactu.com, Barry, une riveraine  la quarantaine révolue.

Comme Barry, plusieurs librevillois ont déjà été confrontés à ce cas. Certains préfèrent se débrouiller dans la nature, notamment entre deux voitures, dans une broussaille, derrière un bâtiment et autres,  avec tous les risques que cela représente pour les femmes. D’autres disent avoir parfois rebroussé chemin pour utiliser leurs propres toilettes, ou simplement supporter plusieurs heures. Un dernier cas qui représente un risque certain pour la santé.

En somme, l’absence de sanitaires dans la capitale gabonaise expose les populations aux risques de maladie. Les autorités municipales qui se sont donnés pour objectif de faire de Libreville, une ville moderne, devrait réfléchir sur les moyens d’apporter une réponse concrète à ce besoin naturel.

C’est d’ailleurs l’objectif que se fixe les Nations-Unies à travers l’institution d’une journée mondiale des toilettes. Il est question de répondre à un droit humain en garantissant à tous, un accès à des toilettes sûres. Le nombre de personnes n’ayant pas accès à des sanitaires correctes dans le monde   est estimé à 2.4milliards, et 1.1 font leurs besoins dans la nature.

Lisa Mboui





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire