Arrêt sur image à Labé: les femmes handicapées étaient aussi dans la rue… | Africa Guinee


LABE- C’est sans doute l’une des images marquante du jour ! D’habitude, on les voit dans les marchés ou dans les lieux de cultes où elles tendent la main aux bons samaritains pour subvenir à leurs besoins. Mais ce mardi, ce n’était pas le cas. Les femmes infirmes ont pris part à la manifestation organisées ce mardi 19 novembre 2019, à Labé contre  les tueries en Guinée.

Elles sont des milliers de femmes militantes du FNDC qui ont protesté dans les rues de Labé contre les tueries lors des manifestations en Guinée. Munies de pancartes et des portraits des victimes, elles ont fait le tour de la ville pour aboutir au siège de la préfecture de Labé, dans le quartier Kouroula où elles se sont adressées à l’autorité.

« ça fait mal quand on tue un proche. Surtout des enfants  qui n’ont pas commencé la vie. Ceux qui sont tués si ce n’est pas un frère, c’est un neveu  ou un fils. Nous disons halte aux tueries. Nous réclamons justice, nous demandons à ce que les tueurs soient démasqués », a réclamé Aissatou Diallo, l’un des responsables des Femmes du FNDC à Labé.

Le fait marquant de cette manifestation, c’est la présence de nombreuses femmes handicapées. Dans des poussepousses, elles ont dénoncé à leur façon les assassinats par balles dans les manifestations et réclamé justice.  

 « Nous voulons la paix et le changement dans le bon sens comme la volonté de la majorité des guinéens. C’est pourquoi nous sommes sorties marcher bien qu’étant infirmes. Nous voulons que les tueries cessent, c’est pourquoi nous avons décidé de ne pas quémander aujourd’hui, mais plutôt de marcher comme tout le monde. D’ailleurs l’enfant à une de nos semblables a été tué à Conakry. Ce qui arrive aux autres aujourd’hui peut nous arriver demain. Nous disons au régime d’Alpha Condé stop. Ce n’est pas une prière, les tueries sont énormes. Plus jamais ça », a lancé madame Lamarana Diallo, handicapée.

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire