Burkina : L’Agence de l’eau du Nakanbé en conclave avec ses comités locaux de l’eau


L’heure est au bilan et aux perspectives pour les Comités locaux de l’eau relevant de l’espace de compétence de l’Agence de l’Eau du Nakanbé (AEN). Réunis à Manga, la cité de l’Epervier, du 19 au 21 novembre 2019, leurs représentants participent à l’atelier bilan des activités au titre de l’année 2019 ; rencontre au cours de laquelle ils plancheront également sur la méthodologie et les critères de choix des activités à financer au cours de l’année 2020.

Dans le dispositif de l’Agence de l’eau du Nakanbé, les Comités locaux de l’eau sont les maillons de base de la mise en œuvre de la politique nationale de l’eau. Et malgré la situation sécuritaire, dans la région du Centre-Nord, le CLE Ziga Amont-Est dans le Sanmatenga, présidé par Sawadogo Seydou, se réjouit d’avoir mené à terme toutes ses activités grâce à l’appui conseil et financier de l’Agence de l’eau du Nakanbé. 5 905 000 F CFA pour les activités de fonctionnement et de reboisement de 200 manguiers sur les berges du barrage de Lèbda (commune de Pissila), et 3 280 000 F CFA pour la réparation de la digue du barrage de Korsimoro.

Une vue des participants

Une évaluation par les pairs

Tout comme le CLE Ziga Amont-Est, les 24 autres CLE relevant de l’espace de compétence de l’AEN se prêteront au même exercice pendant l’atelier avant de plancher sur la programmation des activités de 2020. Selon Idani Donatien, directeur de la prospective et de la planification de l’AEN, l’Agence aurait pu échanger avec les CLE individuellement, visiter leurs réalisations et prendre une décision-sanction pour chacun d’eux. « Mais ce n’est pas la bonne méthode », admet-il, avant d’expliquer : « Nous avons décidé de les réunir et de faire une évaluation par les pairs. C’est à dire que ce sont les CLE eux-mêmes qui s’auto évaluent et jugent quel CLE a le plus travaillé. Cela se fait démocratiquement. Pour ceux qui n’ont pas bien travaillé, il arrive que nous financions au moins leur fonctionnement pour qu’ils ne disparaissent pas ».

Idani Donatien, directeur de la prospective et de la planification de l’AEN

Miser sur la performance des CLE

Selon le directeur général de l’AEN, Kaboré Ghislain, l’Agence a relu, pour 2020, la grille d’éligibilité au financement qui était axé, les années antérieures, sur la pertinence du programme d’activités. L’innovation à venir concerne la prise en compte du critère de performance du CLE pour permettre aux plus méritants d’être subventionnés davantage.

Ghislain Kaboré, directeur général de l’Agence de l’eau du Nakanbé

Aussi, l’appui financier sera orienté prioritairement vers la mise en œuvre d’actions concrètes concourant à la conservation, la protection et la restauration de la ressource eau. N’empêche que les actions d’information, de sensibilisation et de renforcement des capacités des acteurs sont éligibles, à en croire le directeur général.

L’atelier se poursuit jusqu’au jeudi 21 novembre 2019

En attendant, le CLE Ziga Amont-Est espère que ses activités proposées pour 2020, notamment la construction des digues de deux barrages dans le Sanmatenga, seront retenues.

Herman Frédéric Bassolé

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire