Cameroun: Sécurité routière et cinéma – Les accidents dénoncés au pinceau


La deuxième édition du festival Africa Make-Up Week, du 13 au 16 novembre derniers à Yaoundé, a sensibilisé sur les comportements irresponsables sur les routes.

Une mise en scène pour capter l’attention de la plus forte des manières. Un accident brutal vient d’avoir lieu. L’acteur camerounais, Joël Patrick Oyono et son épouse sont décédés. Ils ont été brutalement arrachés à la vie au cours de ce drame. Sur les lieux de la tragédie, se trouvent encore leurs corps sans vie, déchiquetés du fait de la violence du choc. « Moteur, coupé ! ». Fin du scénario catastrophe, conçu et matérialisé sur des tableaux par les membres de l’Association des maquilleurs de cinéma du Cameroun (Asmacc), afin de sensibiliser les populations sur les accidents de la circulation. C’est l’objectif de la deuxième édition du festival Africa Make-Up Week, qui s’est ouverte le 13 novembre dernier à Yaoundé. Les activités ont couru jusqu’au 16 novembre, et se concentraient autour du thème : « Accidents de la route : des pinceaux pour sensibiliser ». Ceci, en prélude à la journée internationale consacrée aux victimes des accidents de la route qui se célèbre le 18 novembre.

Après les violences faites aux femmes, thème de la première édition de ce festival, l’Asmacc, sous la houlette de la maquilleuse Merveille Akamba, a décidé de mettre à contribution ses pinceaux pour réduire le taux de mortalité devenu alarmant sur nos axes routiers. Pour ce faire, le comité d’organisation a su compter sur les soutiens du ministère des Transports et de l’Association Zéro mort. L’évènement est ponctué par de nombreuses articulations, à savoir : le vernissage des tableaux et la projection de films réalisés autour du thème de cette année, des conférences débats et des Master Classes. Les visiteurs ou curieux qui ont fait le déplacement de l’Atelier 4 ont eu droit à une séance de maquillage de beauté ou de composition.

Placée sous le haut patronage du ministère des Arts et de la Culture, cette édition a été marquée par la présence des maquilleurs de cinéma venus du Burkina Faso et du Congo Brazzaville. Lancé le 13 novembre dernier, ce festival de sensibilisation et d’expression artistique et culturelle s’est achevé samedi au cours d’une cérémonie à la salle Sita Bella, sise au ministère de la Communication. Les maquilleurs de cinéma ont déposé leurs pinceaux, après quatre jours d’intenses activités, d’exposition et de sensibilisation. Cette cérémonie à Sita Bella était marquée par la présence de maquilleurs du Congo et du Burkina Faso. Des distinctions honorifiques ont été décernées à des artistes qui se sont illustrés dans ce secteur particulier du 7e art.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire