Cameroun: Le député Cyprian Awudu Mbaya refuse de marcher sur le sang des militants du nord-ouest.


Le député du Social Democratic Front (Sdf) de la circonscription du Donga-Mantung dans le Nord-ouest refuse de se présenter à la législative du 9 Février 2020. Malgré son investiture par son parti. La déclaration été faite à Yaoundé. A Douala, les chefs sawa exige des partis politiques la majorité des places aux mairies et à l’assemblée nationale.

Ni John Fru Ndi, chairman du SDF le disait aux sécessionnistes qui l’avaient kidnappé pour demander à son parti la démission collective des maires et députés : Nous devons être à l’assemblée nationale pour porter nos revendications. Le député Cyprian Mbaya, lui, a décliné l’offre de se présenter pour son 5eme mandat consécutif. La déclaration a été forte, contre toute attente. Laissant libre court à tous les commentaires. Dissidence contre son parti ou bravoure politique ?

Toujours est-il qu’au cours de son point de presse à l’hôtel des députés, l’homme a planté le décor « considérant la guerre civile en cours dans la région du Nord-Ouest et qui a entrainé des tueries des enlèvements contre rançons , et le taux élevé d’insécurité, couplé aux conditions inhumaines dans lesquelles des milliers de personnes ont été soumises et qui a poussé les populations à se réfugier au Nigeria voisin et occasionner des déplacés internes » Dans ces conditions, le député a été sentencieux : je ne concourrai pas pour ma réélection au parlement pour l’élection législative prévue le 9 février 2020. Se mettant ainsi du côté de ses militants en proie à une crise qui dure depuis trois ans. Pour cet ancien questeur a l’assemblé nationale « la sécurité de tous mes mandants au-dessus de mes ambitions personnelles. Je ne retournerai pas au parlement en marchant sur le sang et l’honneur des mandants qui ont perdu leur vie dans cette guerre »

A Douala, capitale économique, un autre son de cloche a été entendu, au sujet de cette double élection municipale et législative du 9 février 2020. Les sawa exigent « 55% des conseillers municipaux, 90% des postes de maires » à tous les partis politiques en compétition dans le Wouri. C’était dans le cadre de l’association des chefs traditionnels des villages sawa du Wouri. Une déclaration forte a été faite en rapport à la confession des listes de candidats. Par le voix de sa majesté Ness Ruben Essombey Ndanbwe de Sodiko, ils ont invité les enfants sawa de sortir des bois pour « s’impliquer dans les partis politiques, solliciter des investitures pour les prochaines législatives et municipales »

Dans les états major des partis politiques, c’est le branle des investitures et inscriptions. Notamment dans le RDPC, parti au pouvoir. Le journal L’Action, organe d’expression du parti parle « Du  » sang neuf en vue». Et pour cause, Les circulaires du président national sont claires : il faut accorder la priorité aux jeunes, aux femmes et aux nouvelles figures dans le choix des représentants du Parti au double scrutin du 09 février 2020. Toutes choses qui font dire au journal Emergence que « Les vieux députés vent debout ». Depuis que les circulaires de Jean Nkuété ont évoqué une sortie de piste pour les crocodiles de l’Assemblée nationale, certains d’entre eux ont perdu le sommeil.

Au sujet des investitures, on assiste à « La partie des flammes». Pour le quotidien Mutations, La sélection des candidats en vue des législatives et municipales s’avère houleuse, notamment du fait du flou autour de certaines modalités d’investiture. Le point à Yaoundé, Douala, Ebolowa et à l’Extrême-Nord. Malgré tout, « la Valée du Ntem choisit son candidat pour les législatives ». Flairant une cuisante déculottée parce que vomi par le département, l’arrogant député, après 4 mandats successifs, s’est cette fois la queue entre les jambes, retirées de la course hier à Ambam. Le  » milliardaire » paye ainsi le prix et de son absence sur le terrain et de son inertie et surtout de son égocentrisme satanique. Le médecin de 46 ans, Germain Mengue, désormais le choix du Rdpc de la circonscription, sera, avec d’autres concurrents de l’opposition, face aux électeurs le 9 février.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire