Cameroun: Rdpc – Un vent de fraîcheur


Le Sg du Comité central, Jean Nkuété, a répercuté le souci le rajeunissement des candidats de ce parti pour le double scrutin du 9 février 2020.

Il l’a martelé plus d’une fois dans son propos liminaire, dimanche au palais des Congrès. « Il faut de nouvelles figures dans les listes Rdpc ». Le secrétaire général du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), Jean Nkuété, au cours de la réunion de lancement de sélection et d’investiture des candidats de ce parti, a souligné cette disposition majeure des circulaires signées du président national, Paul Biya. « Le président national n’a eu de cesse de rappeler la nécessité de faire émerger de nouvelles figures, en privilégiant l’esprit de partage. Il revient abondamment sur le sujet dans les circulaires pour bien marquer l’importance qu’il accorde à cette orientation », fait remarquer Jean Nkueté. Autre axe majeur de l’investiture, la promotion des jeunes et des femmes.

A cet effet, le Comité central prescrit des quotas. Au niveau des législatives par exemple, pour deux à trois candidats, au moins une femme et un jeune. Pour quatre à sept candidats, au moins trois femmes et deux jeunes. Pour huit à dix candidats, au moins trois femmes et deux jeunes. Il a également été demandé aux équipes de présélection et d’investiture de veiller « à faire émerger des militants intègres, dynamiques, représentatifs, capables de porter le parti à la victoire ».

Du reste, Jean Nkueté a souligné que le Comité central ne recommande aucun candidat ou aucune liste de candidats. Tous les candidats vont donc compétir sur une base égalitaire et seront départagés par les militants à la base. Au Social Democratic Front précisément dans la région du Centre, le processus d’investiture est lancé. Selon le responsable régional, Emmanuel Ntonga, le Sdf présentera des listes dans une quarantaine de communes du Centre. Pour ce qui est des législatives, le parti de Ni John Fru Ndi vise également des sièges. Mais une difficulté dans la procédure de constitution de dossiers. D’après Emmanuel Ntonga, les candidats investis par le parti ont « d’énormes difficultés à signer des documents dans les administrations ».



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire