Commerce des armes : Un atelier pour renforcer les capacités des acteurs de la justice


La délégation de l’Union européenne au Burkina, en collaboration avec le ministère de la Justice, a initié ce mercredi 20 novembre 2019 à Ouagadougou, un atelier sur le commerce des armes. Il s’agira au cours de cette rencontre, de renforcer les capacités des acteurs de la justice sur le traité sur le commerce des armes.

Instituer des normes internationales communes afin de réglementer le commerce licite des armes conventionnelles, c’est le but du traité sur le commerce des armes. En vue de renforcer les capacités des acteurs de la justice burkinabè sur la question, l’Union européenne, en collaboration avec le ministère de la Justice, a organisé ce mercredi 20 novembre 2019 un atelier sur la question. La présente activité est la 3e du genre. Elle rentre dans le cadre de la seconde phase du programme européen d’appui à la mise en œuvre de ce projet.

Le représentant de la délégation de l’Union européenne, Jose Luis Sanchez Alegre, a laissé entendre que la règlementation du commerce licite des armes contribue également à la lutte contre le commerce illicite et le détournement de ces armes. Il a également souligné que le commerce illicite des armes conventionnelles ne doit pas être sous-estimé. Pour cause, il alimente les conflits, le terrorisme et les activités criminelles, tous facteurs d’instabilité.


Ce présent traité intéresse fortement le Burkina Faso, a confessé le secrétaire général du ministère de la Justice, Théophile Sawadogo. Pour cause, le Burkina Faso fait face aujourd’hui à des attaques terroristes. C’est pourquoi il estime que le contrôle international des armes pourrait être une solution pour venir à bout du phénomène. Le Burkina Faso a ratifié le traité en 2013. Pour son effectivité au plan national, selon Théophile Sawadogo, des séances de sensibilisation ont été organisées au profit des personnels des forces de défense et de sécurité, de l’administration publique et des acteurs de la société civile.

Ils ont été outillés sur l’élaboration d’une loi portant mise en œuvre du traité sur le commerce des armes. Ceci, dans l’optique d’encadrer les activités relatives aux armes, notamment le cadre de leurs activités de transportation, de transbordassions, etc. Les participants à la présente activité vont bénéficier d’une formation sur les textes qui encadrent le transfert et l’utilisation des armes au Burkina Faso. Ouvert ce mercredi 20 novembre 2019, l’atelier refermera ses portes le 21 novembre 2019.

Dimitri OUEDRAOGO

Hermann Bassolé (vidéo)

Bonaventure Pare (Photo)

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire