Burkina: une rencontre sur la cohésion sociale pour vaincre le terrorisme



Les initiatives pour vaincre le terrorisme se multiplient. Le Burkina Faso abrite, depuis ce jeudi 21 novembre, une rencontre avec des participants venus des pays membres du G5 Sahel autour du thème de la cohésion entre les différentes communautés.

Comment vivre ensemble avec nos diversités culturelles, sociales et religieuses ? Il s’agit pour les participants de proposer des pistes afin que la cohésion sociale soit la principale arme contre l’extrémisme violent et la radicalisation.

Entre les conflits intercommunautaires et les attaques terroristes, les pays membres du G5 Sahel cherchent toujours la meilleure voie pour venir à bout de tous ces phénomènes. Venus des différents pays de la sous-région, les participants à la rencontre de Ouagadougou sont invités à faire des propositions afin de prévenir les tensions interculturelles.

« Ces pays ont aujourd’hui les mêmes réalités, analyse Madiara Sagnon, ministre déléguée chargée de la Décentralisation et de la Cohésion sociale du Burkina Faso. Les attaques terroristes que nous enregistrons tous les jours, l’extrémisme violent, la radicalisation, les conflits intercommunautaires… Donc à un moment donné, il fallait qu’on s‘arrête, qu’on réfléchisse ensemble pour voir comment mutualiser nos efforts pour essayer de renverser la tendance. »

Pour Nana Aicha Cissé, coordinatrice de la plateforme des femmes du G5 Sahel, il faut des réponses globales et durables contre la radicalisation dans la sous-région. « Notre souci premier aujourd’hui, c’est de lutter contre la radicalisation, l’extrémisme violent qui sévit dans l’espace du G5 Sahel et surtout de renforcer la cohésion sociale qui, nous pensons, peut être une solution pour arriver à bout du fléau qui nous accable. Si nous travaillons sur la cohésion sociale, ça peut nous amener à nous comprendre et aller moins vers la violence. »

Selon le chef du gouvernement burkinabè, cette rencontre vise à explorer toutes les pistes susceptibles de faire de la cohésion sociale un principal vecteur de paix, de tolérance et du « vivre ensemble ».



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire