«Il est important de placer l’éducation financière et la protection des consommateurs au cœur des stratégies »


«Vous conviendrez avec moi que l’élargissement de l’accès aux services financiers, basé essentiellement sur l’utilisation des nouvelles technologies, ne peut être dissocié de l’éducation financière des populations et de la protection de ces dernières. Il est donc important de placer l’éducation financière et la protection des consommateurs au cœur des stratégies qui visent à promouvoir l’inclusion financière des couches défavorisées de la population. En effet, il ressort des statistiques disponibles que, dans les pays de l’Union, plus de 2/3 de la population vivant en milieu rural et près de 45% de celle âgée de plus de 15 ans, ne sont pas alphabétisées », a déclaré M. Toe.

Il a expliqué que l’éducation financière permet en effet de renforcer la confiance des populations envers les institutions financières, de contribuer à accroître leur accès aux services financiers et d’en faciliter l’usage. Elle est perçue dans l’Uemoa comme le processus qui permet d’informer, de sensibiliser et de former les populations sur les concepts financiers, dans le but d’améliorer leurs connaissances, afin de leur permettre de faire des choix judicieux en matière de finance, à chaque étape de leur vie. «Il nous revient alors, en tant que régulateur et prestataires de services financiers, de leur fournir les informations nécessaires sur leurs droits et obligations, afin de leur permettre de prendre des décisions financières avisées, en toute connaissance de cause, et de réduire l’asymétrie d’information », a-t-il dit.

Pour y parvenir, le vice-gouverneur affirme que chaque acteur a sa partition à jouer. Pour sa part, il dit rester convaincu que le rôle du régulateur est capital, dans la mesure où c’est à lui d’établir les règles relatives aux droits et obligations des consommateurs, afin de promouvoir auprès des professionnels, des comportements et des pratiques commerciales loyales, prenant en compte les intérêts des clients, en s’assurant qu’ils disposent de la bonne information. «Ce faisant, nous limiterons les risques pour les consommateurs, en prévenant les conflits et préjudices possibles. Cela suppose, pour les institutions financières, d’être attentives à la formation du personnel, tant sur les produits financiers qu’elles proposent, que sur les mesures de traitement responsable des clients. Au-delà du nécessaire respect de la réglementation, les principes de clarté et de loyauté vis-à-vis de la clientèle doivent régir la conduite des institutions et de leur personnel », a-t-il ajouté.

Afin de faire face à cette nécessité que constituent aujourd’hui le développement de l’éducation financière et le renforcement de la protection des consommateurs, poursuit M. Toe, la Banque Centrale et les Etats ont entrepris plusieurs initiatives dans l’Uemoa. Au nombre de celles-ci, il cite la loi portant définition et répression de l’usure et le décret définissant la méthodologie de calcul du taux effectif global. Il a également mentionné la décision relative.
Adou FAYE



leje

A lire aussi

Laisser un commentaire