Education au numérique : L’UNICEF initie 60 élèves à l’informatique


Dans le cadre du 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE), le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), à travers le centre OuagaLab, a initié 60 élèves de l’école primaire publique Château de Ouagadougou aux notions basiques de l’informatique. La représentante résidente de l’UNICEF au Burkina, Dr Anne Vincent, a rendu visite à ces élèves, le mercredi 20 novembre 2019.

« Démystifier l’outil informatique aux yeux des enfants ». C’est l’objectif que s’est fixé le centre OuagaLab en formant 60 élèves de l’école primaire publique Château de Ouagadougou pendant trois semaines. Le mercredi 20 novembre 2019, une délégation du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) est partie constater ce que les élèves ont appris pendant tout ce temps.

Durant la formation, les enfants ont appris les notions basiques de l’informatique, cet outil qui permet de traiter automatiquement les informations grâce à un ordinateur. En présence de la délégation de l’UNICEF au Burkina, ces élèves ont, tour à tour, cité les différentes composantes d’un ordinateur (écran, clavier, souris et unité centrale) et leurs rôles. Il s’agit là d’un projet-pilote de l’UNICEF qui consiste à introduire le numérique dès l’école primaire.


Les enfants ont concassé l’unité centrale de l’ordinateur pour connaître les pièces qui la compose ainsi que leurs rôles. Ces éléments, à en croire l’ingénieur informaticien Amedée Zongo, ont été reconditionnés dans un autre environnement appelé « Jerry ». C’est la fabrication de l’ordinateur local par les élèves de l’école Château. « Ce reconditionnement s’est fait dans un bidon, un matériel accessible à toute personne. On a touché le recyclage d’un certain nombre d’éléments dans la nature », a expliqué le formateur.

Le « Jerry », un ordinateur local

Selon le directeur général de OuagaLab, Gildas Guiella, il s’est agi de permettre à une frange de la population d’accéder à l’informatique. « Aujourd’hui, l’éducation numérique devient nécessaire. On ne le fait pas pour devenir uniquement informaticien, mais il faut ouvrir l’esprit des enfants », a-t-il indiqué.

Le directeur général de OuagaLab, Gildas Guiella

Un plaidoyer pour d’autres élèves du Burkina Faso

Visiblement émue par cette découverte, la représentante de l’UNICEF au Burkina, Dr Anne Vincent, veut que d’autres élèves puissent bénéficier de ce programme. « Je suis très impressionnée par ce que j’ai vu. J’ai beaucoup d’appréciation et d’intérêt pour ce qui s’est passé. J’ai pris quelques photos que je les montrerai au ministre de l’Education afin qu’il s’approprie le programme au profit des autres élèves du Burkina Faso. L’informatique a sa place dans la méthode alternative d’éducation », a-t-elle déclaré.

La représentante de l’UNICEF Burkina, Anne Vincent (à droite) et deux enseignantes

Cette activité est intervenue dans le cadre du 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE). En effet, la CDE est un « accord important signé par des pays qui ont promis de protéger les droits de l’enfant ». Avec ses 54 articles, cette convention explique qui sont les enfants, quels sont leurs droits et quelles sont les responsabilités des gouvernements en ce qui les concerne.

Une unité centrale reconditionnée dans un bidon

Anne Vincent et sa délégation ont remis à chaque enfant une copie de la CDE (16 pages) afin qu’il sensibilise ses parents aux droits et devoirs d’un enfant.


Cryspin Masneang Laoundiki

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire