Afrique: Infrastructures africaines – 4, 6 milliards de dollars investis par Pékin en 2018


Beijing (Chine), 21 nov (APS) – La Chine a investi en 2018 en Afrique, près de 4,6 milliards de dollars dans le domaine des infrastructures routières et maritimes dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route », a expliqué, jeudi à Beijing, le directeur et économiste supérieur du ministère du Commerce de la Chine, le professeur Li Jin.

« Les investissements chinois en Afrique sont en plein essor. En 2018, nous avons investi 4,5 milliards de dollars avec cette initiative », a-t-il précisé lors d’une conférence sur « L’initiative +la Ceinture et la Route+, communauté de destin commun pour l’humanité ».

Cette initiative mise en place en 2013 par la Chine pour asseoir un réseau commercial avec les pays européens, asiatiques et africains, se réfère à la route de la soie terrestre et la route de la soie maritime, qui, à l’origine, ne concernaient que les pays européens et asiatiques.

« On a élargi la sphère de coopération vers le reste du monde, notamment en Afrique où il y a beaucoup de choses à faire en matière d’infrastructures », a signalé le doyen de l’Institut de diplomatie de Chine.

Il s’adressait à des journalistes et fonctionnaires de l’information du Sénégal et du Burkina Faso, qui participent à un séminaire à Beijing, depuis mardi.

Depuis sa mise en place, relève-t-il, 6.470 milliards de dollars ont été investis par la Chine dans 124 pays et 29 organisations signataires de la coopération.

Il a rappelé que l’esprit de cette initiative est caractérisé par la solidarité, la confiance mutuelle, l’égalité, la réciprocité et la tolérance.

Il assure que « La Ceinture et la Route » respecte un certain nombre de principes, dont le choix du mode de développement ainsi que les principes de coexistence pacifique, le respect mutuel de la souveraineté, l’intégrité territoriale et la non-agression mutuelle.

Il précise que les organisations internationales et régionales peuvent participer également à l’initiative.

Selon lui, « l’ouverture et l’inclusion, la paix et la coopération, la réciprocité, l’esprit gagnant-gagnant sont les quatre concepts qui vont permettre aux différentes parties de tirer profit de la coopération ».

Selon Li Jin, qui est par ailleurs le conseiller pédagogique du ministère de l’Education de Chine, les priorités principales de la coopération sont l’interconnexion des infrastructures, l’élimination des barrières d’intégration financière, la compréhension mutuelle des peuples et l’approfondissement de la coopération bilatérale.

Le professeur Jin salue le réseau commercial bâti autour de cette initiative qui « n’a cessé de s’accroître depuis 2013 ».



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire