Algérie: Présidentielle – Les candidats promettent l’ouverture de l’économie et la relance du développement dans le Sud


Alger — Les candidats à la présidentielle du 12 décembre ont focalisé, vendredi, leur discours pour le compte du 6ème jour de la campagne électorale, sur l’économie, promettant son ouverture tout en s’engageant à relancer le développement dans le Sud et à gagner la bataille de la sécurité alimentaire.

Depuis El-Bayadh où il a tenu un meeting, M. Bengrina a relevé l’importance de « gagner la bataille de la sécurité alimentaire pour préserver la souveraineté et la stabilité de l’Algérie », qui n’est pas en mesure, selon lui, de « subvenir à tous les besoins alimentaires du peuple

en cas de crise ».

Il a estimé qu’il était « quasiment impossible » de maintenir le cap plus de 3 mois d’où l’impératif d’assurer, a-t-il dit, les besoins alimentaires du pays.

Le candidat à la présidentielle a, à ce propos, rappelé que la wilaya d’El-Bayadh dispose d’atouts considérables pour assurer la sécurité alimentaire du pays.

Abondant dans le même sens, le candidat du Front Al-Moustakbal a réaffirmé son engagement à libérer l’économie et les initiatives, appelant les citoyens à ne pas prêter oreille aux discours d’intimidation. Pour lui, l’Algérie « ne traverse pas une crise financière, elle dispose de tous les moyens pour réaliser la prospérité à son peuple ».

Le candidat à la magistrature suprême n’a pas manqué de souligner, toutefois, l’importance de choisir un dirigeant de la génération post-indépendance parmi ceux qui ont « les mains propres et la compétence nécessaire » pour mener le pays à bon port, promettant d’ouvrir de grands chantiers de réformes pour asseoir un Etat où le peuple constituerait la seule source du pouvoir.

Selon M. Belaïd, cette génération est appelée à démontrer qu’elle est en mesure de porter et de rester fidèle au serment de l’Algérie, s’engageant à l’occasion, pour l’ouverture, en cas de victoire, « de grands chantiers de réformes avec la participation de tous en vue d’asseoir un Etat où le peuple constituerait la seule source du pouvoir ».

Il a estimé que le Sud constitue l’alternative réelle de l’Algérien pour les décennies à venir, relevant les potentialités dont dispose la Région, notamment dans les secteurs de l’agriculture, du tourisme et de l’énergie solaire.

Le candidat à la présidentielle a fait savoir, à ce propos, que son projet prévoit la création d’une agence nationale de l’investissement des régions du Sud, qui consiste à étudier les différents projets d’investissement.

Le postulant à la magistrature suprême a souligné, à ce propos, qu’il est impossible d’ignorer les doléances du peuple consistant à aller vers des réformes politiques et économiques.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire