Congo-Brazzaville: Concours du jeune historien brazzavillois – Les candidats dans la phase de recherche et d’écriture


La première édition de la compétition a été lancée le 20 novembre et se poursuivra jusqu’au 25 janvier 2020. Le règlement et la méthodologie révélés à cette occasion vont permettre aux participants de bien mener leurs enquêtes et rédiger un bon document.

Le concours est organisé par l’Instutut français du Congo, en partenariat avec les Archives nationale et municipales, l’Université Marien-Ngouabi, le ministère de l’Enseignement superieur et celui de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation. Il est réservé aux étudiants de l’Université Marien-Ngouabi en licence d’histoire, aux lycées publics et privés, notamment Chaminade, Ecole militaire général Leclerc, Nganga-Edouard, Savorgnan A, Thomas- Sankara A et B, Dom-Helder-Camara, Saint Exupéry et Remo. Il permettra aux participants de vivre une belle aventure en découvrant toute la richesse du patrimoine historique de Brazzaville et leur propre histoire, celle de leur famille et de leurs quartiers respectifs.

Les candidats ont amorcé, le 21 novembre, la phase de recherche et d’écriture par la visite de différents sites historiques de Brazzaville afin de situer la thématique de leur choix. Les sujets peuvent concerner, par exemple, une famille, une personnalité, un monument, un arrondissement, un quartier ou un événement historique s’étant déroulé la ville capitale. Ils ont un mois de recherche et la date de remise des travaux est prévue le 4 janvier 2020. Les étudiants remettront leurs trauvaux au Pr Zidi pendant que ceux des lycéens seront reçus par leurs proviseurs. La cérémonie de remise des prix est fixée au 25 janvier prochain.

Le règlement et la méthodologie du concours doivent être respectés. Les participants feront attention à la codification des copies, au choix du format (écrit, audio et visuel) et au rendu des travaux. Dans leur rédaction, ils doivent situer le site ou le lieu dans le temps, dire s’il relève de l’histoire précoloniale, coloniale ou postcoloniale ainsi que leur nature, c’est-à-dire économique, religion, politique ou culturelle. Les concurrents doivent signaler à la fin de leurs documents les sources utilisées pour construire leur récit afin de vérifier la fiabilité, la véracité et la pertinente des informations.

Dans un français simple, les travaux doivent être présentés de la manière suivante : l’intitulé, la situation du projet dans le temps, sa nature. Les sources utilisées doivent être signalées pour permettre aux membres du jury d’avoir une idée des différents projets. Le développement doit contenir toutes les informations reçues auprès des responsables des sites ou endroits visités. La narration des dossiers se fera au minimum sur vingt pages pour ceux qui ont choisi le format papier, vingt minutes sous forme audio et vidéo.

Les premiers projets retenus feront l’objet d’un exposé oral, c’est-à-dire rendre compte en cinq minutes du projet réalisé et dire également les difficultés rencontrées lors de cette expérience. A l’issue de cet exposé, les membres du jury décideront du premier, deuxième et troisième de chaque catégorie.

Des prix seront remis en quatre catégories, notamment un ordinateur portable pour le concours individuel étudiant, un portable pour le concours individuel lycéens, trois tablettes pour le concours groupe étudiant, trois tablettes pour le concours lycéen, des dictionnaires pour les douze finalistes, individuels ou groupes de trois étudiants ou lycéens.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire