Corbyn restera neutre en cas de nouveau référendum



Jeremy Corbyn, le chef du parti travailliste, a finalement clarifié sa position. En cas de second référendum sur le Brexit, il restera “neutre” et ne fera campagne ni pour le oui, ni pour le non. C’est selon lui la seule façon de mettre en œuvre sereinement la décision des Britanniques.

“Bien qu’une vaste majorité des membres du Labour soient favorables au maintien dans l’Union européenne (UE), Corbyn a toujours refusé de dire dans quel camp il ferait campagne”, rappelle The Guardian. “Il avait suggéré par le passé que la position du Labour serait fixée lors d’un congrès spécial, une fois approuvé un nouvel accord sur le Brexit”.

Mais vendredi, dans une émission télévisée de la BBC où le patron du Labour et trois autres chefs de parti, dont Boris Johnson, se succédaient pour répondre aux questions du public, Jeremy Corbyn a fini par franchir le Rubicon.

“M. Corbyn a été critiqué par plusieurs membres du public” pour son “manque de clarté sur son soutien ou son opposition au Brexit lors d’un nouveau référendum en 2020”, écrit la BBC. Un spectateur a fini par lui demander : “Pourquoi voterait-on pour le Labour sans connaître la réponse à cette question ?”

Jeremy Corbyn a alors déclaré : “Si je suis Premier ministre, j’adopterai une position neutre, pour pouvoir appliquer le résultat (du référendum) avec crédibilité, et rassembler nos concitoyens et nos nations, au lieu de poursuivre un débat interminable”, selon la radiotélévision publique britannique.

Un porte-parole de M. Corbyn a expliqué, plus tard dans la soirée, la position de son patron, rapporte le Telegraph. En ne faisant campagne ni pour le oui ni pour le non, “il sera en mesure de parler aux deux parties du pays, de rassembler les gens, d’en finir avec le Brexit et de se concentrer à la fois sur les autres problèmes du pays et sur notre programme pour un vrai changement”.

“Mutation”

The Guardian rappelle que le projet de Jeremy Corbyn pour le Brexit est de “négocier un nouvel accord dans les trois mois suivant son arrivée au pouvoir, et de le soumettre à référendum dans les six mois, avec l’option de rester dans l’UE.

Politico observe que la position de M. Corbyn “risque de mécontenter à la fois les militants du Labour ­ – dont plusieurs membres du cabinet fantôme –, favorables au maintien, et un nombre important d’électeurs des régions acquises au parti travailliste, qui avaient voté pour une sortie de l’UE en 2016”.

Le Premier ministre et chef du parti conservateur, Boris Johnson, en tête des sondages, a immédiatement raillé la “mutation” de son adversaire, rapporte The Times. “Donc, maintenant, il va être neutre sur l’accord qu’il propose. Je ne vois pas comment il peut conclure un accord s’il reste neutre ou indifférent”, a-t-il dit.

Et de poursuivre : “Quoi que propose M. Corbyn, je pense qu’il est insensé, pour notre grand pays, de passer l’année prochaine à débattre encore de l’UE et d’avoir ensuite un autre référendum sur l’Écosse”.





A lire aussi

Laisser un commentaire