Accès à l’eau potable à Koupéla : Les populations crient leur ras-le-bol


L’accès à l’or bleu dans la ville de Koupéla relève d’un parcours du combattant pour une grande majorité de la population. Si certains habitants préfèrent parcourir environ 5 kilomètres vers des villages environnants comme Kougri et Ronsin pour se ravitailler en eau, d’autres par contre jonglent entre les forages privés et les bornes fontaines fonctionnant tous les trois jours. Malgré la qualité douteuse de l’eau des forages, ils disent ne pas avoir d’autre choix que celle-là car pour eux, l’Office national de l’eau ne fait plus son travail. Cette situation, la ville la connaît depuis un long moment. Elle s’est aggravée avec certains travaux entrant dans le cadre de la commémoration des festivités du 11- Décembre.

Des quartiers entiers comme le secteur 5 sont ravitaillés par une borne fontaine fonctionnant tous les deux jours ; des familles font le pied de grue de 19 h à 5 h du matin pour espérer avoir de l’eau. Dans d’autres quartiers, des familles à charrettes, à vélos ou à motos font environ 5 kilomètres en direction de certains villages à la recherche du précieux liquide. Pour d’autres familles, il faut débourser la somme de 750 FCFA pour s’offrir une barrique.

Ce sont là quelques témoignages tristes de la population sur les difficultés d’accès à l’eau potable à Koupéla. En parcourant la ville de porte en porte, le constat est le même en matière d’accès à l’eau potable pour bon nombre de familles. Pour les ménages qui ont fait les branchements à l’ONEA, le manque d’eau constitue leur principale difficulté.

Cette borne fonatine a eu de l’eau il y a des mois

Dans la famille du vieux Compaoré, ce dernier d’un ton belliqueux, a commencé à s’acharner sur ma personne en m’identifiant comme un agent de l’Office national de l’eau. « C’est quel service ça ! Nous ne bénéficions pas de vos services et vous continuez de nous donner des factures. » Après la déclinaison de l’identité de son interlocuteur, il affirme que la recherche de l’eau potable a failli diviser son couple. Donc la situation est inquiétante et il faut y trouver une solution très rapidement pour éviter à la population davantage de souffrance.

Autre quartier de la ville de Koupéla, même constat. Au secteur 2, Boris Vebamba et ses collègues ont soutenu avoir fait plus de trois jours sans la moindre goutte d’eau. Leur salut vient d’un forage privé situé à un kilomètre. Selon d’autres personnes elles font plusieurs kilomètres vers des villages comme Kougri, Ronsin et autres localités environnantes pour se ravitailler.

La population vit cette situation depuis bien longtemps au vu et au su des autorités de la ville mais aucun changement ne se profile à l’horizon. Ces personnalités attendront l’approche « des élections pour revenir ; mais la population les attend de pied ferme pour se faire entendre », a déclaré Rachelle Vebamba.

Borne fontaine fonctionnant à minima

Malgré cette situation de pénurie d’eau, il y a des quartiers par contre qui, eux ne connaissent pas ces difficultés car l’eau potable est disponible. C’est notamment le cas du secteur 4, à en croire une gérante de borne fontaine. Pour mieux comprendre cette situation relative à la souffrance de la population pour l’accès à l’eau potable dans la ville de Koupéla, nous avons fait un tour à la mairie de ladite ville. Au service d’eau et d’hygiène, nous avons fait le pied de grue pendant 2 heures sans rencontrer un interlocuteur pour nous éclairer sur ce problème. Par contre à l’Office national de l’eau et de l’assainissement, le directeur régional a tenté de donner des réponses sur la situation.

Plusieurs forages privés n’ont pas eu l’aval de la mairie et ne disposent pas de protocole d’analyse. Ce qui met en doute la qualité de l’eau. Pour Adama Sanou, le directeur régional de l’ONEA à Koupéla, « cette situation que vivent certains quartiers est récente car avant les travaux toute la ville de Koupéla était desservie en eau potable sans interruption ». On n’y connaissait le manque d’eau qu’en période chaude pendant laquelle sa consommation est forte.

Directeur régional de l’eau de Koupéla Adama Sanou

Cependant, le directeur régional rassure qu’après les travaux du 11-Décembre combinés avec la pose de nouvelles conduites d’eau, les choses deviendront normales et les populations des différentes villes de la région du Centre-Est auront l’eau potable sans la moindre difficulté.


A LIRE AUSSI : Tenkodogo : Les populations souffrent du manque d’eau potable


Issoufou Ouédraogo

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire