chargé d’organiser la présidentielle, Ibrahime Kuibiert-Coulibaly a un an pour convaincre – JeuneAfrique.com


Le 12 novembre,
à Abidjan. © Issam Zejly pour JA


Élu à la fin de septembre à la tête de la commission électorale, Ibrahime Kuibiert-Coulibaly avance en terrain miné. Chargé d’organiser la présidentielle d’octobre 2020, il essuie les critiques d’une opposition convaincue que les dés sont pipés, mais demande à être jugé sur ses actes.


C’est le grand oral d’Ibrahime Kuibiert-Coulibaly. Ce 14 novembre, à Grand-Bassam, le nouveau président de la Commission électorale indépendante (CEI) s’exprime pour la première fois devant la presse ivoirienne. L’attente est grande, les questions fusent.

« En 2020, pourriez-vous annoncer la victoire d’un candidat de l’opposition ? » « Pourriez-vous proclamer les résultats ailleurs qu’au siège de la CEI ? » « Vous sentez-vous capable de résister à la pression ? » Costume sombre, voix rocailleuse, le magistrat hors grade de 53 ans tente de répondre aux inquiétudes de l’assistance. « La CEI va organiser sereinement l’élection de 2020, rassure-t-il. On nous met la pression, mais nous allons organiser le scrutin dans les règles de l’art. »

À peine installé, déjà contesté

La présidentielle aura lieu en octobre prochain mais elle suscite déjà de nombreuses interrogations. Acteur central du processus, la CEI est au cœur des débats. À peine installé, déjà contesté, Ibrahime Kuibiert-Coulibaly marche sur des œufs.






A lire aussi

Laisser un commentaire