Casse-tête foncier autour de la future capitale indonésienne



Plusieurs groupes revendiquent les terres situées sur le site de la future capitale indonésienne. Un obstacle au projet de construction que le gouvernement cherche à lever.

Le 25 août 2019, en annonçant le transfert de la capitale indonésienne de Jakarta à Kalimantan-Est, le président Joko Widodo avançait, parmi un des cinq arguments décisifs pour le choix de ce site, le fait que les 180 000 hectares de la zone à bâtir appartenaient à l’État. Or, d’après Kompas, ce n’est pas le cas :

“Les Dayak Basap, descendants des nomades Punan, un des peuples premiers de Bornéo, disent être propriétaires de 112 637 hectares sur la frontière des districts de Penajam Paser du Nord et de Kutai Kartanegara, précisément là où le président Jokowi a posé son dévolu pour la nouvelle capitale.”

Leur avocat, Ardianson R Kuhun, affirme que les Dayak Basap possèdent une carte de leurs terres coutumières reconnue par le gouvernement local depuis 1977. Il a déclaré à Kompas :

Nous n’avons jamais intenté d’action en justice pour la revendication de ces terres. Cependant, nous espérons que le gouvernement agira équitablement en examinant tous les aspects de l’emplacement de la future capitale, y compris la question des terres tribales des Dayak Basap.”

Revendication datant de 1902

[…]





A lire aussi

Laisser un commentaire