Afrique du Sud: « Indigo » de Salma Bargach projeté à Johannesburg


Le film «Indigo» de la réalisatrice marocaine Salma Bargach a été projeté vendredi soir à Johannesburg dans le cadre du festival du cinéma de la métropole sud-africaine. Le long-métrage de 01h30, projeté au hall du « Nouveau Cinéma » situé au quartier de Rosebank, a été l’occasion pour les cinéphiles sud-africains de découvrir le septième art marocain.

Deuxième long-métrage de Salma Bargach après « la 5ème corde », Indigo relate l’histoire de Nora, une fillette de 13 ans qui se sent abandonnée. Après un choc émotionnel, Nora se réfugie dans le monde de la voyance pour échapper à la brutalité de son frère Mehdi. Elle découvre ensuite un cadeau qui pèsera sur elle comme une malédiction et provoquera des malentendus autour d’elle.

Sortie en 2018, cette œuvre cinématographique réunit une panoplie d’acteurs marocains, dont Khouloud, Rim Kettani, Marwa Khalil, Mohamed Wahib Abkari, Aicha Mahmah et Rachida Saad.

Un spectateur sud-africain a indiqué à la MAP que c’est la première fois qu’il voit un film marocain, notant qu’il est impressionné par la qualité de l’intrigue, de la mise en scène et de la performance des acteurs. Pour sa part, Ali, un ressortissant marocain installé à Johannesburg, s’est dit heureux de voir une production marocaine aussi inspirante et qui interpelle le spectateur en abordant des thématiques telles que la superstition, l’amour, la famille, l’émigration, ainsi que différents types de relations sociales.

« Indigo » éblouit par son style narratif, sa musique et son dialogue très profond analogue à celui des cinéastes attitrés à l’échelle mondiale. Durant 90 minutes, Salma Bargach propose un cinéma raffiné qu’elle a subtilement adossé à un style captivant, une musique qui lui est propre et des prises de vue très accrocheuses.

Bouillon de culture

FIFD

Quatre cinéastes cubains participent à la 8ème édition du Festival international du film de Dakhla, qui se tient du 24 au 28 novembre courant, avec le pays latino-américain comme invité d’honneur. La présence des cinéastes et réalisateurs cubains Mirtha Ibarra, Sebastian Cordero, Evera Miranda et Arturo Ramon, à cette manifestation cinématographique, augure d’une nouvelle étape dans le processus de développement des relations culturelles entre le Maroc et Cuba, a souligné l’ambassadeur du Maroc à la Havane, Boughaleb El Attar, lors d’une rencontre avec deux des cinéastes cubains. Cette participation cubaine au Festival international du film de Dakhla, organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, s’inscrit dans le cadre des efforts entrepris par l’ambassade du Royaume et la direction du festival pour promouvoir la coopération culturelle entre les deux pays, a relevé M. El Attar. Parmi les autres activités envisagées prochainement figure, a-t-il dit, l’organisation, en mars prochain, de la Semaine du film marocain à la Havane, pour permettre la rencontre et l’interaction entre les cinéastes marocains et leurs homologues cubains.

Caftan marocain

Le caftan marocain a brillé de mille feux au pavillon Hassan II à Séville lors d’un défilé, vendredi soir, consacré à cette spectaculaire tenue traditionnelle marocaine. La cérémonie, qui entre dans le cadre du mois du Maroc à la Fondation Trois cultures de la Méditerranée, fut un moment haut en couleur pour célébrer cette pièce incontournable de la tradition vestimentaire marocaine. Sur le podium, deux jeunes Marocains ont rivalisé de créativité pour présenter cette tenue sous un angle moderne et innovant tout en révélant sa beauté et son élégance. A travers ses créations, le jeune styliste Bilal Azzouz a réussi un subtil mélange d’authenticité et de modernité. Les somptueuses pièces richement ornées et rehaussées avec des broderies faites à main, ont conquis le public sévillan. Des tenues spectaculaires aux sequins scintillants et motifs fleuris qui témoignent du savoir-faire ancestral des mâalem marocains.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire