Cameroun: Consultations électorales, fêtes de fin d’année – Vigilance et anticipation


A l’ouverture de la 2e conférence semestrielle des gouverneurs lundi 25 novembre 2019, le Minat, Paul Atanga Nji, les a interpellés sur leur rôle dans l’encadrement ces grands rendez-vous.

Les gouverneurs de région sont en conclave depuis lundi, 25 novembre 2019 à Yaoundé. C’est dans le cadre de la 2e conférence semestrielle, instruite par le chef de l’Etat, Paul Biya. La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga, Nji. Une rencontre, comme l’a souligné le Minat dans son discours de circonstance, qui se tient dans un contexte particulier. En effet, elle intervient au lendemain de la convocation du corps électoral par le président de la République, en vue de l’élection des députés et conseillers municipaux, le 9 février 2020. De plus, c’est à la veille des fêtes de fin d’année, « période de grande effervescence par excellence qui nécessite une vigilance accrue. »

Au sujet des élections législatives et municipales, Paul Atanga Nji a prescrit aux gouverneurs de régions « vigilance et anticipation ». Il s’agit, d’après le Minat, d’être proactif, en mettant le « renseignement prévisionnel au coeur des priorités ». Dans un premier temps, les autorités administratives doivent veiller à ce que « Elections Cameroon bénéficie de tout l’accompagnement et surtout de l’encadrement sécuritaire dont il a besoin », a souligné le Minat. Un accent devra donc être mis sur la sécurisation de l’ensemble du processus électoral, avant, pendant et après le 9 février prochain.

Avant le jour-j, il faudra gérer la campagne électorale. Si Paul Atanga Nji a reconnu qu’elle est « le moment propice pour tout responsable politique de vendre aux électeurs, son projet de société », elle ne doit donner lieu à aucun dérapage. Ainsi, il est demandé à tous de respecter les lois qui régissent la tenue des meetings ou manifestations publiques. Par ailleurs, les organisateurs des meetings doivent être capables de contenir leurs membres et sympathisants. Ceci dans le but d’éviter tout risque de trouble à l’ordre public. «Si ces conditions ne sont pas réunies, les autorités administratives ne devraient pas autoriser des meetings politiques qui comportent de graves risques de dérapages », a martelé le Minat.

Les travaux de lundi, 25 novembre 2019 ont également permis aux gouverneurs de région de suivre deux communications. La première était délivrée par le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, sur le thème : « Projet filets sociaux : présentation et contribution attendue de l’autorité administrative. » Quant à la deuxième communication, elle était menée conjointement par le délégué général à la Sûreté nationale et le secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la gendarmerie nationale, et portait sur « l’encadrement sécuritaire des fêtes de fin d’année 2019 ainsi que des élections législatives et municipales du 9 février 2020 ».



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire