Cameroun: Entrepreneuriat – On mise sur un écosystème compétitif et attractif


Des pistes pour lever les obstacles et hypothèques ont été proposées à l’occasion de la semaine mondiale de l’entrepreneuriat au Cameroun qui s’est achevée vendredi dernier.

Des formations pratiques de potentiels entrepreneurs seront multipliées dans les semaines à venir, dans le but de consolider le tissu économique du Cameroun. C’est l’une des résolutions prise à l’issue de la semaine mondiale de l’entrepreneuriat tenue du 18 au 22 novembre dernier sur l’ensemble du territoire. L’évènement qui se tenait pour la première fois visait à cultiver, au sein de la population, l’esprit d’entreprise permettant de stimuler l’activité économique. En effet, étant donné qu’intégrer l’écosystème mondial de l’entrepreneuriat demeure une démarche à suivre, les pouvoirs publics travaillent à la construction d’un modèle économique inclusif en faveur des jeunes et des femmes.

C’est dans cette démarche qu’avec l’appui des seniors en fin de carrière, ils ont, durant cinq jours, tablé sur les pistes les moins sinueuses devant contribuer à lever les hypothèques en vue d’un écosystème entrepreneurial prospère. D’ores et déjà, le numérique s’érige en une piste importante avec le lancement officiel de la plateforme d’enregistrement en ligne des PME. 1000 étudiants de l’Université de Yaoundé II portant des idées d’affaires en maturation ont été détectés à la suite d’un test de modèle économique grandeur nature effectué sur le campus durant la semaine consacrée à l’évènement.

Par ailleurs, 80 jeunes entrepreneurs issus de divers secteurs d’activités ont subi une formation dénommée « Empretec ». Grâce à cette méthode dans laquelle résident la réussite, la planification et le pouvoir d’entreprendre, ils sont désormais, d’après Achille Bassilekin III, ministre en charge des PME qui a présidé la clôture de la semaine vendredi dernier, outillés pour optimiser la croissance économique du pays en apportant un plus dans le développement, tout en réduisant le taux de chômage. « La transformation de la structure profonde de notre économie est étroitement liée à l’entrepreneuriat productif », a expliqué Achille Bassilekin III.

Cela nécessite, un effort synergique, permanent et dynamique. De ce fait, au cours des prochaines années, outre les acquis institutionnels visant à favoriser un climat des affaires plus attractif, il a été résolu de miser sur un écosystème compétitif, grâce entre autres à l’établissement d’un vivier d’entrepreneurs innovants, au cadre incitatif attractif et à un marché structuré.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire