Cameroun: Le Terminal à conteneur du port de Douala au bord de la paralysie


Il y a péril sur l’avenir du Port autonome de Douala (PAD) Cameroun dès le 1er janvier 2020.

L’impasse est d’ailleurs créé par le Top management de cet espace portuaire. Après avoir forcé une procédure d’attribution de la concession 2020-2035 à Terminal Investment Limited (TIL), les autorités du PAD ont été stoppés le 25 octobre 2019 par le président de la République Paul Biya. Comme si leur maladresse ne suffit pas, c’est sur la période de transition qu’ils veulent faire main basse au Terminal à conteneurs de Bonabéri.

Dans la manœuvre : l’achat d’un nouveau logiciel Navis TOS pour la gestion informatique du PAD. Il a été acquis de gré à gré chez Port Technology AIS, une entreprise américaine à 4 000 000 de dollars, soit environ 2 milliards FCFA. Sauf que le gadget informatique ne fonctionnera pas du jour au lendemain. Selon les estimations des experts, il faudra au minimum 12 mois pour que le logiciel Navis TOS soit définitivement opérationnel au Port de Douala. Tenez, seulement pour la formation du personnel, il faut compter au minimum 182,5 jours, soit l’équivalent de 6 mois.

C’est dire qu’une bonne partie de l’activité va s’arrêter faisant perdre de l’argent aux finances publiques mais aussi limitant les capacités de production ou encore d’importation et d’exportation des industries locales. Si cette option des autorités du PAD prospère, il faut craindre une baisse de régime du port de Douala, la principale place industrielle du Cameroun et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac).

L’introduction d’un nouveau logiciel Navis TOS peut surprendre. Des sources crédibles auprès de Douala international terminal (DIT) renseignent de la disponibilité de la filiale du groupement Bolloré-APMT à mettre le logiciel OSCAR en usage depuis de longue date sur la plateforme portuaire à la disposition du PAD. Ce d’autant plus que, quelle que soit l’issue de la procédure d’attribution de la concession une bonne partie du personnel de DIT restera en place sur une durée d’au moins 3 ans en cas d’arrivée d’un nouvel opérateur portuaire.

A l’analyse des stratégies actuelles au PAD, il est à parier que sur l’année 2020, le Terminal à conteneur de Bonabéri sera entre les mains d’une vingtaine de consultants étrangers de Navis TOS. Si le PAD ne fonctionne pas à son rythme normal en 2020, non seulement une congestion du port est possible à cause des manœuvres manuelles, la régie conduite par le Top management et le personnel de Navis TOS redirigera les importateurs et exportateurs vers Kribi. Faisant ainsi peser un fort risque d’augmentation des coûts de transport des marchandises lorsqu’on connaît les difficultés de transport terrestre sur le linéaire Edéa-Mboro où se trouve le Port autonome de Kribi. D’autres pistes s’ouvrent avec la possible intensification d’un trafic pas toujours exempt de fraude vers Tiko.

La stratégie en cours au PAD interpelle le président Paul Biya qui a mis fin au processus de sélection d’un nouveau concessionnaire au terminal de Bonabéri. Il dispose aussi du pouvoir d’arbitrer les modalités d’implémentation de la régie dès le 1er janvier 2020 afin que le PAD ne tombe pas en ruine par la faute de ses dirigeants.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire