Cameroun: Sud – Vote sanction en perspective dans la Mvila


Les frustrations issues des investitures révoltent les militants du Rdpc, qui menacent de basculer dans l’opposition.

Le Rdpc est au bord de l’implosion dans la Mvila. Les militants de ce parti menacent de boycotter les prochaines élections municipales à défaut de voter simplement l’opposition. Ces deniers dénoncent beaucoup de corruption, de complaisance et de légèreté dans le choix des candidats aux prochaines élections dans certaines mairies de cette circonscription électorale. C’est par exemple le cas à Ebolowa 1er, où le maire Joël Emmanuel Bitoumou est à la porte de sortie malgré un bilan somme toute éloquent. Une commission dont la légalité aurait été publiquement mise en cause par la présidente départementale des investitures, Minette Libom Li Likeng, a décidé de tripatouiller la liste consensuelle de cette localité, en y retirant certains candidats sans en informer les têtes de liste.

Le maire Bitoumou en aurait payé frais en perdant sur les 14 places qui lui avaient été accordées sur 31, quatre de ses camarades parmi lesquels le président de la section Rdpc de la Mvila-centre I, Benoît Assam Assam.  Depuis vendredi que cette information a été rendue publique, les esprits s’échauffent dans la ville d’Ebolowa. Une rébellion se tramerait actuellement dans les coulisses de certains milieux jeunes. Une information digne de foi fait état de ce que les conducteurs de motos s’apprêteraient à foutre le bordel dans la ville si celui qu’ils appellent affectueusement « le maire sans frontières » venait à perdre la tête de la liste du Rdpc dans cette mairie.

A Efoulan, dans la Mvila-ouest, c’est le scénario inverse qui est plutôt vécu. Les militants contestent la candidature du maire sortant Richard Ebalé Adjomo. Son bilan jugé médiocre et les poursuites lancées contre lui au Tcs pour des faits relevant des détournements et de la corruption présumés, révoltent la base du parti sur son choix comme tête de liste. La deuxième candidature contestée est celle de l’ex-préfet Mba’ale Bitoumou. Ses camarades l’accusent de les avoir « oubliés quand il était aux affaires », notamment durant son juteux séjour au cabinet civil de la présidence.

Dans une correspondance datée du 21 novembre 2019, adressée à la hiérarchie du parti via le président de section, les militants de la Mvila-ouest qui exigent le départ immédiat du maire, menacent de démissionner en masse du Rdpc. Les 850 signataires dudit pamphlet seraient prêts à accorder leurs voix à l’UNFP qui, de sources crédibles, aurait constitué sa liste dans cette localité. En attendant, l’unique candidature sans reproche sur la liste consensuelle d’Efoulan est celle du président de la section Ojrdpc Junior Mbita. Hier, date butoir pour le dépôt des listes des candidats auprès d’Elecam, rien ne filtrait.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire