Congo-Brazzaville: Cuvette ouest – 692 095 500 FCFA pour la construction du pont sur la Lembessi


Le ministre de l’Equipement et de l’entretien routier, Emile Ouosso, a posé, le 22 novembre à Mbama, la première pierre marquant le lancement des travaux de construction du nouvel ouvrage.

Les travaux de construction de l’ouvrage de franchissement de quarante mètres de long, au PK 17+000 de l’axe Ewo-Talas, seront réalisés par la société forestière Christelle et entièrement financés par l’Etat congolais pour une durée de six mois.

L’ancien pont de type métallique à cadre fermé, construit dans les années 1964 par la société LTPA, avait été démoli en 2014 par un véhicule de type camion benne, qui avait accroché ses traverses supérieures lors d’un passage hasardeux sur l’ouvrage.

Cette situation a occasionné longuement la rupture du trafic entre Ewo-Mbama et Etoumbi, dans la Cuvette ouest, empêchant ainsi la libre circulation des personnes et des biens.

« Le gouvernement, soucieux de régler définitivement cette question de désenclavement de l’arrière-pays, prend ainsi, ici et maintenant, l’engagement de réaliser cet ouvrage dans les meilleurs délais, et dans le respect des normes techniques admises dans la profession », a déclaré Lambert Oléa, directeur général de l’Equipement, lors du lancement des travaux.

« Notre force vient de vous (les autorités, Ndlr). Nous avons attendu longtemps pour la construction de ce pont.

Aujourd’hui, nous sommes satisfaits du lancement des travaux », a affirmé, au nom de la population, le chef du village Mbama, Alphonse Mbah, avant de souhaiter le bon déroulement du chantier.

Le nouveau pont sera constitué, d’une part, de poutres à treillis longitudinales porteuses, formées à partir de panneaux métalliques modulaires assemblés entre eux à leurs extrémités haute et basse par des broches et, d’autre part, de poutres transversales reliant les poutres longitudinales et supportant les éléments modulaires de platelage constitutifs de la chaussée à une voie de circulation.

Cet ouvrage d’art à travée unique sera constitué d’un tablier qui aura une voie unique d’une largeur de 4,15m avec deux trottoirs intérieurs. Deux culées en béton armé ont été prévues, avec un tablier métallique et une ossature à triple structure.

Le pont sera de type Bayley, constructeur de pont métallique anglais de renommée mondiale. « Ce pont sera identique à celui réalisé par la même entreprise, sur la rivière Kouyou, à Mbama », a précisé le directeur général de l’Equipement.

La protection des deux culées contre les affouillements sera garantie par une ceinture en palplanches métalliques de chaque côté. Il est également inclus la construction d’un remblai d’accès de 80m de longueur côté Ewo, et 50 m côté Etoumbi pour une hauteur variable de 1,5m à 3m.

« Ces travaux intègreront aussi le retrait hors de l’eau de la carcasse métallique de l’ancien pont effondré et sa mise en dépôt, de même que l’enrayement de l’érosion du village Obélé, que l’entreprise a d’ores et déjà maîtrisée depuis quelques jours », a souligné Lambert Oléa.

Sur ce site, il est prévu un débroussaillage de 5000 m2, un abattage d’arbres de diamètre supérieur à 50 cm : quinze unités, un décapage de 3200m2 du terrain naturel.

Concernant l’ouvrage d’art, l’acquisition et la mise en œuvre des palplanches métalliques de type PU22 de dix mètres par vibrofonçage : 3680ml, un remblai contigu à l’ouvrage en sable limoneux jaune : 5850m3, feront partie des travaux à réaliser.

Il sera également réalisé un remblai provenant d’emprunt en sable limoneux jaune pour les accès : 1555m3 ; un béton dosé à 350kg/m3 : 11m3 ; et les aciers Fe400 pour armatures : 560kg.

Outre l’acquisition, le montage et le lancement d’une superstructure métallique de quarante mètres de long, l’entreprise en charge des travaux procèdera à la fourniture et à la mise en œuvre de 200m3 de la terre végétale, d’un engazonnement de 1000m2 des talus, enfin d’une épreuve de charge du pont.

« Le pont s’est effondré depuis le 6 juin 2014. Cet effondrement a rendu impossible le déplacement des personnes et des biens. C’était vraiment grave et pénible. Face à cette difficulté, nous avions condamné le gouvernement.

Mais, avec le lancement des travaux, nous sommes à présent confiantS que le nouveau pont sera construit », a indiqué Daly Otouna, un habitant du village Mboma situé à 3km du site de franchissement de la Lembessi.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire