Budget 2020 : la commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale plaide pour les réaménagements internes des crédits alloués à la sécurité


La commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale a entamé ce lundi 25 novembre, une démarche à la commission économie et finances afin de solliciter les réaménagements à l’interne des crédits alloués aux ministères et différents services concernés par la sécurité.

La commission défense et sécurité avait mis en place deux sous commissions, défense et anciens combattants et intérieur. Les experts des ministères et services concernés par la sécurité ont été associés aux membres desdites sous commissions pour analyser les crédits prévus pour les rémunérations, le fonctionnement et ceux relatifs aux investissements afin de s’assurer des fonds nécessaires pour leur permettre d’atteindre les objectifs leur assignés par le gouvernement.

« Il était question d’apprécier, de faire des constats ensemble avec les experts et de comparer aussi aux prévisions des budgets 2018 et 2019. Nous avons travaillé pendant trois jours, samedi, dimanche et aujourd’hui. Les conclusions de ces deux sous commissions sont destinées à la commission Ecofin. Il y a des services qui avaient par exemple besoin des moyens de fonctionnement et on souhaiterait une augmentation malheureusement il ne revient pas à l’Assemblée nationale d’augmenter un budget déjà présenté. Mais au niveau de l’ecofin, il y a lieu de faire des réaménagements internes pour que l’armée, la police et les services de sécurité aient un budget qui leurs permettra de faire un travail conformément aux objectifs du programme du gouvernement », a dit le député national Juvénal Munubo, rapporteur de la commission défense et sécurité.

Les conclusions de ce travail avec les experts sont formulées sous forme de plaidoirie auprès de la commission ecofin qui, depuis le jeudi 21 novembre, examine le projet de loi des finances jugé recevable au cours de la plénière du 20 novembre.

« La commission défense et sécurité va faire un plaidoyer à la commission ecofin pour qu’à travers les réaménagements du budget que les crédits prévus pour l’armée, la police, pour la décentralisation, tous les ministères et services qui concernent la sécurité se fassent de façon à permettre à ces différents services de bien faire leur travail. Nous sommes conscients que pour restaurer la sécurité, pour rétablir la paix, il faut améliorer les conditions de vie et de travail des prestataires de la sécurité. C’est une première que la commission invite les experts et analyse avec eux le budget. Nous nous proposons pour cette législature chaque année de travailler comme ça, d’inviter les experts, de les écouter et de faire des plaidoiries pour que les réaménagements nécessaires soient effectués pour leur faciliter le travail qui est celui du maintien de l’ordre, de la protection des frontières et que la sécurité soit restaurée dans tout le pays », a expliqué le député national Juvénal Munobo.

1.748,4 milliards de FC représentant 11,22% des dépenses du budget général, chiffré en équilibre à hauteur de 16.895,5 milliards de Francs Congolais (10 milliards USD), est réservé pour le renforcement de l’autorité de l’Etat, promotion de l’Etat de droit et de la démocratie. La commission économie et finances (ECOFIN) de l’Assemblée nationale dispose de dix jours pour son examen en vue d’en déposer les conclusions au bureau de l’Assemblée nationale, au plus tard le 30 novembre.

A son tour, l’assemblée plénière procèdera à l’audition du rapport de la commission ECOFIN, le mardi 3 décembre 2019 au plus tard. Après adoption, le document sera transmis à la chambre haute du parlement pour examen et adoption en seconde lecture avant sa promulgation par le président de la République.

Fonseca Mansianga



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire