Afrique du Nord: La CEA et la BMICE s’allient en faveur de l’intégration régionale au Maghreb


Promouvoir un développement économique et social inclusif et durable des pays membres de l’UMA

Un Mémorandum d’entente a été signé récemment entre le Bureau de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) en Afrique du Nord et la Banque maghrébine d’investissement et de commerce extérieur (BMICE), afin de promouvoir un développement économique et social inclusif et durable des pays membres de l’Union du Maghreb arabe (UMA – Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie).

Cet accord a ainsi pour objectif d’établir un cadre de coopération technique entre les deux institutions dans les domaines d’intérêt commun, et dont l’ancrage stratégique est de promouvoir l’intégration régionale au Maghreb, indique un communiqué conjoint parvenu mercredi à la MAP.

Dans ce cadre, les axes stratégiques d’intervention de la CEA et de la BMICE « convergent fortement » et sont centrés sur le soutien de l’intégration économique et financière de l’espace maghrébin, à travers le développement des échanges et des investissements intra-maghrébins et l’exploitation du potentiel de croissance induit par l’intégration, souligne la même source.

Cité par le communiqué, Lilia Hachem Naas, directrice du Bureau de la CEA en Afrique du Nord, a déclaré à l’occasion de la signature que « cet accord permettra de faciliter l’échange, entre nos deux organisations, de données macro-économiques, financières et sociales, la réalisation conjointe d’études sectorielles et le diagnostic des économies des pays de l’UMA. Il permettra également de développer l’échange d’expertise et de savoir-faire pour une analyse plus détaillée de l’état des économies et des marchés des pays de l’UMA ».

Sur les réalisations espérées de cette collaboration, Noureddine Zekri, directeur général de la BMICE, a indiqué pour sa part que « cet accord est en phase avec la stratégie de la BMICE de coopération institutionnelle et de partenariat renforcé avec les principales organisations financières internationales et institutions régionales de développement, dans le domaine de l’intégration régionale au Maghreb ».

Une cérémonie officielle a été organisée au Bureau de la CEA en Afrique du Nord à Rabat (Maroc) le 13 novembre pour présenter le Mémorandum d’entente, en présence de Sami Mouley, Directeur du Pôle des études économiques et de la coopération de la BMICE, note la même source.

Créée en 1958, la Commission économique pour l’Afrique a pour mission de promouvoir un développement économique et social inclusif et durable, soutenir l’accélération de la diversification économique et de la transformation structurelle du continent conformément aux Objectifs de développement durable de l’ONU (ODD) et à l’Agenda 2063 de l’UA et faciliter l’intégration régionale ainsi que la coopération internationale pour le développement du continent.

Constituée en 2015, la BMICE est une banque d’investissement ayant pour vocation de soutenir l’intégration économique et financière de la région du Maghreb. Elle oeuvre notamment pour le développement des échanges et des investissements inter-maghrébins, le soutien aux projets d’intérêt commun dans les pays membres de l’UMA et la promotion de la mobilité des capitaux à travers le Maghreb.

Le dispositif « Al Moutmir itinérant » pose pied à Sefrou

Le Groupe OCP a fait escale, mercredi à Ain Cheggag (province de Sefrou), dans le cadre de la tournée nationale de son dispositif « Al Moutmir itinérant » pour la campagne agricole 2019-2020.

Cette étape, qui clôture la première phase du dispositif dédié aux cultures céréalières, s’inscrit dans le cadre de cette tournée lancée le 10 septembre dernier et qui, en plus de l’initiative « Al Moutmir permanent », accompagnera la campagne agricole 2019-2020 à travers des actions ciblées dans près de 28 provinces permettant de proposer un accompagnement diversifié aux agriculteurs tout au long de l’itinéraire technique, indique le groupe dans un communiqué.

L’édition 2019-2020 d' »Al Moutmir itinérant » ciblera trois grandes familles de cultures, à savoir les céréales et légumineuses, l’arboriculture et le maraîchage, relève le communiqué, notant que de nouvelles cultures vont être accompagnées, notamment le palmier, le pommier, le figuier et les arachides, rappelle la MAP.

Le dispositif fera escale dans 28 provinces, soit 180 localités à fort potentiel à travers le Royaume, afin de cibler pas moins de 10.000 agriculteurs. De nouvelles provinces et de nouvelles cultures sont prévues pour cette édition ainsi que 10.000 analyses de sol à réaliser.

Une centaine d’agronomes OCP seront mobilisées sur l’ensemble des étapes et plusieurs experts animeront plus de 80 sessions de questions-réponses au profit des agriculteurs, souligne la même source, faisant observer que cette année, plus de 4.000 plateformes de démonstration vont être accompagnées par les équipes « Al Moutmir ».

Cette nouvelle édition est aussi marquée par le lancement du dispositif agile « Al Moutmir souks et moussems » qui va à la rencontre des agriculteurs dans les souks et les moussems dans différentes provinces du Royaume et qui permet d’accompagner les agriculteurs avant le lancement de chaque cycle de culture, en identifiant notamment leurs besoins et en les soutenant dans le choix des intrants et dans les pratiques agricoles qu’ils voudraient déployer pour accroître leurs rendements tout en préservant les ressources naturelles.

A travers ce dispositif, les agriculteurs pourront aussi entrer en contact avec les ingénieurs agronomes d’Al Moutmir en vue de bénéficier du programme et de l’accompagnement continu des équipes sur le terrain. Plus de 600 souks et moussems sont prévus dans le cadre de ce nouveau dispositif de proximité.

Le digital est au cœur de cette édition qui connaîtra la présentation de @tmar, la nouvelle application mobile de conseil agricole mise à la disposition des agriculteurs. Le dispositif prévoit, dans ce sens, des séances animées par les équipes techniques d’Al Moutmir afin de faciliter aux agriculteurs l’appropriation de cet outil digital mis à leur disposition gratuitement.

Lancé en septembre 2018, le programme « Al Moutmir » s’est décliné pour sa première édition en trois phases: céréales et légumineuses, maraîchage et olivier. Le dispositif a sillonné les régions du Maroc à la rencontre des agriculteurs et a pu cibler pas moins de 160 localités dans près de 28 provinces à travers le Royaume.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire