Afrique: Zone de libre-échange continentale africaine – Le pays prépare sa stratégie


Le Cameroun, comme d’autres pays africains, a signé et ratifié l’accord pour l’adhésion à la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) dont l’entrée en vigueur est prévue en 2020.

Dès lors que peut-il tirer de la Zlecaf ? Comment faire respecter les règles d’origine pour éviter que le pays se retrouve inondé de produits étrangers ? Comment lever les barrières non tarifaires ? Autant de préoccupations sur la table des acteurs de l’administration publique, réunis hier à Yaoundé à l’occasion de l’atelier de validation de la stratégie nationale de mise en œuvre de ladite zone. A l’ouverture des travaux, Paul Tasong, ministre délégué au ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), a indiqué qu’il s’agit de s’assurer que le Cameroun sera prêt le jour où l’Accord entrera en vigueur. « Nous sommes appelés à ouvrir les frontières aux produits étrangers.

Au-delà de la signature de l’accord, le pays doit veiller à la mise en œuvre de certains instruments pour qu’en juillet 2020, le Cameroun soit effectivement prêt », a-t-il affirmé. D’après Antonio Pedro, directeur du bureau Afrique de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), ces travaux sont importants pour le Cameroun qui n’arrive véritablement pas à transformer ses potentialités en richesses. Alors que la Zlecaf dont il est membre dispose d’un potentiel d’un milliard de consommateurs.

Aussi, pour lui, l’exercice d’élaboration de cette stratégie nationale de la zone pour le Cameroun offre-t-il l’occasion de se pencher sur les objectifs visés par le Cameroun à travers son adhésion à cet espace et voir les acteurs capables de produire les biens et services devant permettre au pays de conquérir cette nouvelle opportunité commerciale, notamment le secteur privé. C’est dans ce sens que M. Pedro a souhaité qu’un apport particulier soit fourni au secteur en vue de renforcer sa capacité de production et sa maîtrise de la nature des biens et services offerts et demandés par les autres pays membres.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire