Cameroun: Congo-Cameroun – Les systèmes alimentaires urbains au cœur des stratégies communales


Les délégués des villes d’Oyo, Douala, Brazzaville et Pointe-Noire participent, du 26 au 28 novembre, à l’l’hôtel de ville, aux Journées communales d’échanges sur la gouvernance des systèmes alimentaires urbains durables suivant l’approche de coopération Sud-Sud et triangulaire.

Les représentants des quatre villes réfléchissent aux moyens de mettre en place des stratégies d’élimination de la faim et de la malnutrition dont souffrent beaucoup de leurs citoyens respectifs. A terme, ils mettront en place une plate-forme multi-acteurs d’appui à la gouvernance du système alimentaire urbain.

Très préoccupé par ce sujet, le maire de Brazzaville, Christian Roger Okemba, qui a ouvert les travaux de la rencontre, a indiqué : « L’analyse des rapports sur la sécurité alimentaire et la vulnérabilité indique qu’en 2014, au total 14, 2% des ménages sont en sécurité alimentaire dans notre pays ».

Il a de même rappelé que dans ces villes émergeantes, la population est croissante et, s’appuyant sur un rapport onusien, d’ici à 2050, elle augmentera de 72%. Ainsi donc, le premier citoyen de la ville de Brazzaville a insisté sur le contrôle sanitaire des denrées alimentaires qui demeure une préoccupation majeure des municipalités.

« Brazzaville a pris activement part à la signature du pacte de Milan. En octobre 2018, la mairie Brazzaville et la FAO ont signé un protocole d’accord pour appuyer la gouvernance alimentaire par la mise en place d’une direction d’agriculture et d’alimentation urbaine à travers la coopération Sud-Sud avec les villes de Douala et Pointe-Noire », a indiqué Christian Roger Okemba.

A travers le monde, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), se fondant sur le rapport du Sofi, estime à huit cent vingt millions le nombre des malnutris et à quarante-trois millions pour l’Afrique centrale d’ici à 2030. L’organisme onusien œuvre pour faire sortir le monde, en général, et l’Afrique subsaharienne, en particulier, de cette situation.

La représentante de la FAO au Congo, Suze Percy Filippini, a rappelé l’importance et l’urgence de la mise en œuvre du partenariat villes-villes ainsi que du pacte de Milan, signé par cent soixante-dix pays et qui se focalise sur la gouvernance, le régime alimentaire et la nutrition, l’équité économique et sociale, la production alimentaire et le lien rural urbain, l’approvisionnement et la distribution ainsi que les pertes et les gaspillages alimentaires.

Elle a salué la ville de Brazzaville qui fait des avancées dans la promotion du micro-jardin ; de Pointe-Noire qui expérimente une direction de l’agropastoral urbain et de la ville d’Oyo qui manifeste son intérêt pour la signature du pacte de Milan.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire