Cameroun: Journées du développement durable – Les incendies au cœur du débat


Experts et population ont récemment planché sur la préservation de l’environnement.Douala connaît des phénomènes comme les inondations, les glissements de terrain, les incendies (marchés Congo et Mboppi récemment), éboulements (Logbessou et Logpom).

Autant de situation évoquées lors de la 8e édition des Journées du développement durable de Douala (Jdd), célébrées il y a peu. Thème retenu : « Risque urbains. Lutter contre les incendies dans la ville de Douala ; enjeux et perspectives ». Il était notamment question, pour la Communauté urbaine de Douala (CUD), en communion avec la population, de faire la promotion de la préservation de l’environnement et du développement durable.

A travers des échanges avec les acteurs impliqués dans la gestion du risque incendie, tant au niveau local que national, l’objectif pour Douala est de disposer d’éléments technico-financiers pertinents, d’outils et de méthodes qui vont permettre, à court terme, de bâtir une politique municipale et une stratégie locale de gestion dudit risque. Durant les deux jours de travaux, les participants ont eu droit à des exposés sur les analyses systémiques de la gestion du risque incendie, et à une communication sur le retour d’expérience pour une gestion partagée du risque incendie à Douala.

Pour le délégué du gouvernement auprès de la CUD, Fritz Ntonè Ntonè, ce genre de rencontre est important, afin qu’on ne soit surpris par ce qui peut arriver. Les populations doivent savoir le moment venu ce qu’il y a lieu de faire, a-t-il indiqué. Selon les données contenues dans le rapport sur les incendies produits par le 20e Groupement du Corps national des sapeurs-pompiers, le nombre d’incendies enregistré durant les cinq dernières années dans la ville de Douala se présente comme suit : 764 en 2014 ; 784 en 2015 ; 822 en 2016 ; 893 en 2017 ; et 765 en 2018. Il ressort que depuis 2014, la récurrence des incendies observés dans les ménages, les équipements marchands, les établissements publics administratifs et les Pme est liée aux limites de la stratégie actuelle de gestion du risque incendie à Douala.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire