Cameroun: Office du baccalauréat du Cameroun – Le nouveau statut en étude


La session extraordinaire du Conseil de direction s’est penchée sur le sujet le 26 novembre dernier à Yaoundé.Une session extraordinaire du Conseil de direction de l’Office du baccalauréat du Cameroun (OBC) s’est tenue mardi à Yaoundé.

Avec pour objectif, l’examen de projet de cadre organique de l’OBC. Question pour les membres de se mettre en conformité avec les nouveaux textes qui régissent le statut de l’OBC. Les travaux étaient présidés par Catherine Ndoumbe-Manga, présidente dudit Conseil, en présence du directeur de l’OBC, Etienne Roger Minkoulou. Depuis juin 2017, différents actes du président de la République ont entraîné une profonde réforme de l’organisation de cette structure. Il s’agit de la loi du 12 juillet 2017 qui classe les établissements publics selon leurs spécificités.

Et ladite loi range l’OBC dans la catégorie des établissements publics à caractère administratif. Le décret du 18 octobre portant réorganisation de l’OBC, octroie à cette instance une direction générale et un Conseil d’administration. Enfin, le dernier décret et non des moindres, celui du 19 juin 2019 fixant les catégories d’établissements publics, la rémunération des indemnités et les avantages de leurs dirigeants, met l’OBC parmi les établissements publics de la quatrième catégorie. « Lesdits textes, faut-il le rappeler, se situent en droite ligne de la politique de l’Etat, en matière de bonne gouvernance, d’amélioration de la qualité de la dépense, et partant, une meilleure structuration de notre organisme, ainsi que la maîtrise de ses effectifs », a indiqué Catherine Ndoumbe-Manga. D’après la présidente du Conseil de direction de l’OBC, il s’agit d’accompagner le gouvernement dans la quête de bonne gestion et de performance. « D’autant plus qu’en tant qu’établissement public administratif, l’Office du baccalauréat du Cameroun est appelé à se tourner vers le gouvernement pour solliciter des subventions qui pourraient s’amenuiser, au regard des contraintes de l’Etat », a-t-elle souligné.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire