Cameroun: Pays membres de l’Unesco -L es ministres de la Culture se concertent


Ils avaient rendez-vous à Paris le 19 novembre dernier.Une rencontre relevant presque de l’inédit. 21 ans après la Conférence intergouvernementale sur les politiques culturelles pour le développement à Stockholm, en Suède en 1998, plus de 140 ministres de la Culture des pays membres de l’Unesco originaires des cinq continents se sont retrouvés à Paris le 19 novembre dernier.

C’était dans le cadre du forum des ministres de la Culture des pays membres de cette agence des Nations Unies. Le ministre des Arts et de la Culture du Cameroun, Bidoung Mkpatt, a pris part à ces assises internationales, fort d’une délégation composée de Jeanne Alvine Pom, directeur des Etudes, de la Planification et de la Coopération, Vincelline Akomndjang et Félix Akwo, respectivement conseiller culturel et premier secrétaire à l’ambassade du Cameroun à Paris.

Au cours de son intervention, le Minac est revenu sur les priorités en matière de politiques culturelles au Cameroun. Il a souligné la place de la culture pour l’éducation, et les préoccupations liées aux industries créatives, ainsi que leur répartition en filières, sans oublier l’impact du numérique dans le domaine de la culture. « Au Cameroun, la culture est le ciment de l’unité et de l’intégration nationale », a affirmé Bidoung Mkpatt, rappelant que le président de la République ne cesse d’impulser la dynamique de la promotion de ce secteur comme étant « l’effort toujours renouvelée d’affirmation d’une identité culturelle synthétique, celui d’accéder à une personnalité culturelle éclectique. »

Pour le Minac, le volet numérique est incontournable pour l’éclosion des arts et de la culture, dans des domaines spécifiques comme la mode, le design ou encore le cinéma. Suite à ce forum des ministres de la Culture, Bidoung Mkpatt a participé à une table ronde le 20 novembre dernier. Elle était en rapport avec le projet Biosphère patrimoine du Lac Tchad (BIOPAL), dans la mise en oeuvre des Objectifs du développement durable. Parlant dudit projet concernant cinq pays (le Cameroun, le Nigeria, le Tchad, le Niger et la République Centrafricaine), la rencontre a permis de réviser la contribution des territoires concernés pour ce qui est de la réhabilitation du Lac Tchad.

A cet effet, le Minac a ainsi insisté sur les enjeux écologiques, environnementaux et sécuritaires de la préservation et de la valorisation du patrimoine culturel du Lac Tchad au Cameroun. Les ministres de la Culture de la sous-région Afrique centrale (CEEAC) se sont ensuite réunis pour échanger sur les recommandations du forum global tenu la veille, ainsi que sur celles du premier conseil des ministres de la Culture de la CEEAC, à Brazzaville le 30 novembre 2018. Ils ont également planché sur les perspectives d’une nouvelle stratégie régionale de développement et de promotion de la culture en Afrique centrale post 2020.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire